Archive

5 PERSONNES À NE PAS TE POGNER SUR TINDER

Directeur Benoit St-Pierre
Chroniqueur Nathacha Gilbert
Illustrateur Mario Malouin
Partager

GARS

Pour les néophytes, l’application Tinder est la version 2.0 des sites de rencontres ou, pour les baby-boomers, la version 100.0 des petites annonces dans le journal. La place où mononcle Marcel se vantait d’être propre de sa personne, aimait les sorties au restaurant et les randonnées en forêt. Alors, si comme Marcel, t’as le goût d’une p’tite vite en bottes de marche, mais que t’as pas le goût que ça prenne deux mois avant de trouver le bon buisson, on te recommande fortement Tinder. Et même si le tri peut se faire assez rapidement, nous allons tout de même te donner quelques conseils afin d’éviter de perdre trop de temps sur certains types de candidates.

Crédit photo : Mario Malouin

L’ANGUILLE SOUS ROCHE
Une des raisons d’utiliser Tinder, c’est de ne pas vouloir perdre de temps. Mais quand ça l’air trop beau pour être vrai, c’est parce qu’elle est trop belle pour être vraie. Quelles sont les chances qu’une belle grande blonde au regard de féline et aux attributs double lettre sans démarcation de bronzage te pose comme première question : « Salut, on perd notre temps en jasant toute la soirée ou on s’en va fourrer chez vous? » Une chance sur un, deux millions peut-être? (Ça reste quand même de meilleures probabilités que le PowerBall…) Et si, par comble du bonheur ou de la naïveté, elle te demande le surnom de ta bizoune avant de vouloir connaître ton propre nom, qu’elle t’a envoyé plus de photos de ses seins nus qu’elle fait de fautes dans ses messages ou qu’elle t’avoue avoir fait des trips à trois avec ses profs durant ses cours, ne soit pas surpris si t’aperçois du coin de l’œil, une gang de gars se taper sur les cuisses en regardant dans ta direction quand tu seras assis tout seul au bar en attendant ta Jenna Jameson…

LA SELFILLE
C’est avec ce genre de filles que l’expression « 60 images/seconde » a été utilisée pour la première fois. Juste faire le tour de sa fiche t’a obligé à demander une semaine de congé à ton boss, uniquement pour regarder les photos du weekend passé… C’est à se demander si elle veut que tu l’accompagnes vraiment au resto pour parler ou pour tenir le selfie stick. Avec elle, il y a plus de chance qu’elle te demande si tu as un chargeur pour son iPhone 6 que si t’as un condom dans ta poche (elle y va par ordre de priorité évidemment). Alors, si t’es pas le genre à vouloir afficher ta vie personnelle, ton jardin secret et l’intérieur de ton lave-vaisselle avec un filtre Instagram ou de sortir veiller accompagné d’un hashtag, c’est probablement pas la fille pour toi… c’est trop de gestion, laisse ça pour la gang d’OD.

L’ORGANISATRICE EN « CHEF-OUI-CHEF »
Le genre de fille qui se présente avec un questionnaire de 100 pages sur papier carbone, un manuel d’utilisation traduit en cinq langues et un stylo rouge pour faire la correction directement sur place. La planification est sa grande force : deux enfants (le premier en juillet 2017 et la deuxième pour mars 2019 – pas le choix, les places en garderie sont déjà bookées); un bungalow sur la rue Pigeon, à Belœil; deux amis d’enfance maximum (passé ce nombre, tu as 34 % plus de chances d’aller aux danseuses). P.S.- Un troisième est permis, s’il présente un handicap visuel. Vois le bon côté des choses. Comme elle a déjà pensé à tout, il te reste plus de temps pour suivre son programme d’entraînement pour maîtriser la technique de pliage de drap contour. Mais, si t’as pas le goût de devoir changer ta « pas de » technique, donne au suivant. T’as déjà une mère, pas besoin de deux.

LA CAPITAINE EYE-LINER
Elle travaille à temps partiel comme vendeuse chez Vagabond les fins de semaine, mais elle se gargarise avec du Veuve Clicquot les vendredis soirs et déjeune à la Queue de cheval les dimanches matins? Y’a une bonne raison à ça… c’est une Tinder de luxe! Prépare-toi à avoir le portefeuille aussi profond que sa craque de seins, car avec elle, si tu veux la « ramoner » à la maison, c’est la première rangée au Centre Bell que tu dois lui offrir et non la banquette du fond à la Cage un soir de « game ». On mettrait ce type de filles dans la même catégorie que « je suis la fille unique d’un défunt magnat du pétrole gaspésien. Compte tenu du climat politique instable de notre pays, j’ai décidé de chercher un bon samaritain afin d’investir notre fortune familiale de 120 milliards $ d’argent Canadian Tire. C’est donc la raison pour laquelle je viens vers toi pour solliciter ton aide. Voulez-vous tu? » Garde en tête qu’un poisson reste un poisson. Qu’il soit pêché dans l’océan ou dans un étang…

LE PLAN B
Tu te trouves le plus wise des wisemen en « travaillant » sur 16 dossiers en même temps. Mais si quelqu’un comme toi a pu y penser, il y a d’énormes chances que celle qui est sur ton écran en ce moment y ait pensé aussi. Alors, si pendant ta séance de « dating online», elle prend 30 minutes pour répondre à chacun de tes messages, voici les possibles pistes de réponse à envisager : 1- T’es tellement hot qu’elle doit absolument le dire personnellement à chacun de ses 5000 followers; 2- T’es crissement plus plate que tu le pensais et elle tombe en mode veille après 10 minutes afin de pouvoir survivre à votre conversation; 3- Elle planifie sa soirée de Netflix… avec quelqu’un d’autre. Alors, dès qu’elle semble avoir d’autres plans (genre qu’elle s’est trompé de nom cinq fois sur trois messages), « swipe » à la prochaine, car elle, elle l’a fait.

FILLES

Ah, toi, célibataire qui n’as plus envie d’être célibataire! Ne fais pas la même erreur et ne te rends pas sur Tinder pour trouver la perle rare… Tout ce que tu risques de trouver, c’est un herpès ou une chlamydia. Toujours envie d’y aller? C’est correct, vas-y (qu’est-ce qu’on ferait pour ne pas dormir toute seule, hein?)… On a quand même cru bon de te préparer une petite compilation des gars que tu ne dois pas dater si tu veux avoir un minimum de succès dans tes rencontres. Pis encore là, succès, faut le dire vite. Y’a pas une histoire Tinder qui a bien fini depuis Barabas dans la passion.

Crédit photo : Mario Malouin

LE GARS TROP CANON
Ça, c’est le gars qui paraît ben trop bien, qui est ben trop beau, qui a l’air ben trop fin et qui ne devrait PAS se retrouver sur Tinder. Tu sais tout de suite que c’est une attrape, parce qu’il y a 80 % de chances qu’il vienne juste de tomber célibataire, donc oublie ça tout de suite, c’est sûr que t’es pas la première ni la dernière sur sa « to do list » de fourrage; 10 % de chances qu’il soit de très petite taille, parce qu’on s’entend que sur photo, ça peut être ben ben traître le rapport de profondeur, 5 % de chances qu’il parle sur le bout de la langue, parce que ça peut devenir vraiment agressant quand c’est le genre d’affaires qui te fait grincer des oreilles – aussi triste que ça puisse être, cependant; et finalement 5 % de chances que ce soit, malheureusement, un gars en couple. Parce que oui, des crosseurs, ça existe encore en 2016.

LE SELFIE DANS LE MIROIR
Qu’est-ce que c’est que ça encore? Comment tu peux te prendre en photo dans le miroir avec ton cell? C’est pas comme si tu n’avais pas l’option sur ton maudit crisse de téléphone intelligent de te voir la face en même temps que tu prends une photo de ta face! La seule « pic de chicks dans le miroir » qui est tolérable, c’est celle des femmes enceintes… Et on a dit tolérable, hein, pas acceptable. Nuance. Si, en plus, ton selfie dans le miroir te dévoile un gars torse nu, cancelle ton projet. Tu ne veux pas d’un gars qui passe son temps à se montrer la bedaine-carreauté et les gros bras sur Facebook. C’est comme les avertissements avant les émissions de télé : « Attention, cette photographie montrant un homme à moitié nu indique que ce dernier aime beaucoup son corps, s’entraîne un peu trop intensément et prend des shakes de poudre trop de fois par jour. Nous préférons vous en avertir. »

LA PHOTO DE FACE
Soyons honnêtes. Qu’est-ce qu’on fait, nous autres les filles, quand on a pris un peu trop de poids ou qu’on a trop des « gros os »? On prend des photos de notre face! T’as ben beau fouiller ton compte Facebook/Tinder/Instagram/Snapchat/Google+ (ça existe-tu encore?) de fond en comble, tu trouveras jamais une photo de toi des pieds à la tête sur Internet. Ben, penses-tu pas que le gars qui est lui aussi né avec des gros os ou qui a une grosse génétique, il fait pas la même affaire que celles qui passent « toutoune » soirée? Ben c’est ça. Quand un gars te semble pas pire intéressant, mais que tout ce que tu vois, c’est trois pouces par trois pouces d’oreilles, de cheveux et de menton, that’s it. C’est réglé. Passe à un autre appel. Sinon, tu risques d’avoir une première date qui va te coûter cher au resto et qui va te faire mal au dos!

LE GROS COLON
Sérieusement, qui arriverait à côté d’une fille, dans un bar, en lui disant les pires clichés de la Terre, comme « Si t’existait pas, je pense que je t’inventerais » ou « Ton père devait être un voleur, parce qu’il a volé toutes les étoiles dans le ciel pour les mettre dans tes yeux »? Pire, quel gars arriverait à côté d’une fille, dans un bar, en lui disant des « Yo, tu veux-tu fourrer? », comme on retrouve en trop grand nombre sur ce ramassis de cochonneries célibataires aux intentions plutôt floues? On va se le dire, le gars qui te « starte » une conversation en te vomissant ce genre de merdes mérite juste de se faire passer dessus par un Chewbacca en rut. Fait que si t’as le culot de dater ces énergumènes-là, attends-toi pas à ce qu’il t’amène un paquet de roses et qu’il paie la facture lors de votre premier souper. Au mieux, il va manger des ailes de poulet dans ta face. Au pire, il va péter et roter Au clair de la lune pendant le souper. Si jamais tu te ramasses dans son trou à rat, tu peux toujours finir la veillée en lui disant la célèbre phrase « Starte-toi à la mitaine, je vais aller chier », question de te mettre un peu à son niveau.

L’ORIENTATION DOUTEUSE
Certaines filles ont ce qu’elles appellent, un « gaydar ». Définition plus claire et beaucoup moins polie : un radar à gay. Ce que ça fait, c’est que lorsqu’elles marchent dans la rue ou sortent pour un 5 à 7 avec leurs chums de filles, si elles voient un super beau gars, généralement, elles savent dans les prochaines secondes s’il joue – ou non – dans la même équipe qu’elles. Eh bien, ça joue aussi durement sur Tinder. Si jamais tu as le « gaydar » qui fait beep beep, mais que le gars veut clairement avoir un match avec toi, sors le flag rouge! C’est une attrape. Le gars, il pense encore qu’il est hétéro, mais c’est juste parce qu’il n’a pas de garde-robe chez lui! Il a juste des commodes ou des tablettes pour mettre son linge (remarque, il a peut-être même pas de linge!). Pour faire ta b.a. de l’année, accepte le match quand même, mais invite-le fermement, mais gentiment, à aller faire un tour sur Grindr. Comme ça, ça va sûrement l’aider à retrouver le droit chemin.

(Article publié dans l’édition #135 mars 2016 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

TES PROBLÈMES, MES SOLUTIONS #10