Archive

ATHLÈTES ET PRISON

Chroniqueur Michel Bouchard
Partager

Ils ont tous été emprisonné… pour une raison ou une autre

Plusieurs athlètes de haut niveau ont un jour ou l’autre séjourné en prison. On pense aux Hilton, cette famille de boxeurs québécois qui ont fait les manchettes à plus d’une reprise avec leurs fâcheuses habitudes à agresser, frapper, voler ou violer les gens. On peut évidemment faire référence au non moins célèbre O. J. Simpson, dont le cas est connu à travers la planète. Adonis Stevenson, le boxeur québécois, a aussi passé du temps derrière les barreaux après sa condamnation en 1998, alors qu’on l’a condamné à 18 mois de prison pour proxénétisme, voies de fait et menaces. En fait, plusieurs sportifs se sont retrouvés à l’ombre pour des raisons toutes plus sordides les unes que les autres.

Rae Carruth

L’ancien receveur de passes des Panthers de la Caroline purge actuellement une sentence de prison qui pourrait se terminer en 2018 pour une histoire sordide survenue en 1999 où il a été reconnu coupable d’avoir pris part à une conspiration pour faire assassiner sa petite amie, alors enceinte de huit mois, parce qu’il souhaitait qu’elle se fasse avorter. La pauvre femme n’a pas survécu, mais son enfant oui, même s’il a été privé d’oxygène pendant plus d’une heure et qu’il devra subir les conséquences du geste de son paternel toute son existence. Dommage que celui-ci puisse profiter d’une libération l’année prochaine…

Aaron Hernandez

Hernandez avait tout pour connaître une glorieuse carrière à titre d’ailier rapproché chez les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. En 2013, les Patriots le trouvaient tellement bon qu’ils lui ont offert un contrat de cinq ans et 40 millions. Malheureusement, l’athlète n’aura jamais répondu aux attentes, puisque son passé criminel et son historique de violence extrême sont venus tout bousiller. Souvent impliqué dans des bagarres et des confrontations, il a été soupçonné d’avoir pris part à une fusillade alors qu’il n’avait que 17 ans. Puis la sombre vie cachée d’Hernandez a éclaté au grand jour en 2013 quand les médias ont annoncé que ce dernier avait été arrêté pour avoir tiré sur un de ses amis, Alexander S. Bradley, avec une arme à feu. Les choses se sont empirées quand on a su que s’il avait fait feu sur son ami, c’était parce qu’il voulait le dénoncer pour un double meurtre commis l’année précédente. Pendant cette enquête, Hernandez était déjà en procès pour avoir abattu un certain Odin Lloyd, le laissant pour mort. En avril dernier, Hernandez s’est enlevé la vie en prison, endroit où il devait passer le reste de ses jours.

Mike Tyson

À l’âge de 12 ans, Mike Tyson avait déjà de bien mauvaises habitudes, lui qui s’était fait prendre pour avoir dérobé des sacoches. Dans la seconde moitié des années 80, après avoir gravi les échelons du monde de la boxe à une vitesse record, Tyson est devenu une icône de son sport en devenant le plus jeune champion du monde des poids lourds à 20 ans et 4 mois. Mais en 1992, tout s’écroule pour le Kid Dynamite quand il est reconnu coupable d’un viol commis à l’endroit de Desiree Washington et il est condamné à une peine de prison de six ans. Il sera libéré après seulement trois ans. En 2006, Tyson est de nouveau arrêté pour conduite en état d’ébriété et usage de stupéfiants, et en 2009 on l’arrête pour des gestes violents à l’endroit d’un photographe à Los Angeles. L’ancien boxeur a sorti un disque de rap et ça devrait aussi être considéré comme étant un acte criminel répréhensible de chanter aussi mal, mais ça c’est une autre histoire.

Mel Hall

Dans la catégorie « méchant dégueulasse », Mel Hall est assez bien coté. Ce voltigeur qui a œuvré dans les ligues majeures de baseball durant 13 saisons était reconnu comme un véritable grand frère pour les jeunes, à qui il servait d’entraîneur de basketball personnel et donc de mentor. Une fois qu’il avait pu obtenir la confiance des parents, il utilisait ce privilège pour abuser de leur progéniture. À plusieurs occasions, il a commis des gestes répréhensibles de nature sexuelle à l’endroit de nombreuses adolescentes. En 2009, un jury l’a condamné à une peine de prison de 40 ans, sans possibilité de remise en liberté avant d’avoir purgé 22 ans et demi derrière les barreaux. Reste à savoir s’il a son mentor en dedans.

Keith Wright

C’est une accumulation de délits qui sort de l’ordinaire qui a conduit Keith Wright en prison. Celui qui a porté les couleurs des Buccaneers de Tampa Bay de la NFL, en 2004 et 2005, a enchaîné les crimes stupides et aura à en payer le prix pour bien plus longtemps que sa propre vie s’éternisera. En 2011, il a perpétré de nombreuses violations de domicile, a fait des vols à main armée et des assauts sur la personne à profusion et est même allé jusqu’au kidnapping, un vrai champion! En additionnant ses méfaits, on a décidé de le condamner à une peine de prison de 234 années… S’il devait purger la totalité de sa peine, ce qui serait un tantinet étonnant, il n’aurait plus à voler de voitures à sa sortie, puisque les voitures vont sans doute voler elles-mêmes rendu là.

Floyd Mayweather père et fils

Un vieil adage souvent utilisé dit que la pomme ne tombe pas loin de l’arbre. Dans le cas des Mayweather, le dicton a tout vrai. Si Floyd senior, un ancien boxeur, a guidé son fils et l’a entraîné pour en faire l’un des meilleurs pugilistes de l’histoire, il lui a également transmis des gènes de crétinisme. Soulignons d’emblée que le paternel a purgé une peine de prison de cinq ans pour trafic de drogue au cours des années 90. Le fils a aussi eu des démêlés avec la justice après avoir démontré l’étendue de ses talents de cogneur auprès de quatre femmes à de multiples reprises, quel homme brillant! Il a été condamné à quatre occasions, soit en 2002 (six mois), en 2004 (un an), en 2005 (90 jours) et en 2011 (encore 90 jours). Bravo…

Oscar Pistorious

Sans vouloir commettre un crime de mauvais jeu de mots, on pourrait affirmer qu’Oscar Pistorious a couru après le trouble. C’est une sentence d’emprisonnement de six ans pour le meurtre de sa petite amie, Reeva Steenkamp, que purge actuellement cet athlète qui a déjà été le modèle d’une génération de gens pour avoir prouvé que malgré un handicap, on peut dépasser les limites du possible. Pistorious a été le premier athlète paralympique à mériter une médaille d’or olympique (2012) aux jeux réguliers. Il a aussi été le premier athlète paralympique ayant mérité une médaille d’or olympique (2012) aux jeux réguliers à commettre un meurtre, incroyable hein?

Clifford Etienne

La destinée du boxeur Clifford Etienne a commencé à prendre une dangereuse tangente descendante après sa défaite contre un autre membre de cet illustre palmarès, Mike Tyson, qui a d’ailleurs remporté son tout dernier combat professionnel contre Etienne. S’il avait déjà séjourné en prison pour des larcins et été condamné à une peine de 40 ans lorsqu’il était plus jeune, cet ancien poids lourd avait repris sa vie en main, obtenu une libération anticipée et pris le chemin du gymnase. Toutefois, au terme de ce revers contre Tyson, le boxeur a décidé de réorienter sa carrière pour se tourner vers ses premiers amours, les méfaits. Cambriolage, enlèvement d’une femme et de son enfant, vol d’auto, tentatives de meurtre sur un policier : il a bien mérité les 160 ans de prison, ramenés à 105 ans pour un détail technique. Qui sait, peut-être qu’un jour, il pourra obtenir un combat revanche contre Tyson dans la cantine de la prison où il est détenu.

Darryl Henley

L’ancien demi de coin des Rams de Los Angeles n’était pas un vilain joueur de football au début des années 90. Sans être une super étoile, il pouvait tirer son épingle du jeu. Après quelques années de carrière, on peut affirmer sans l’ombre d’un doute qu’il a échappé le ballon. En procès pour trafic de drogue, il a eu la brillante idée d’engager un homme pour faire assassiner à la fois le juge et un témoin gênant… Plutôt que de se retrouver avec une sentence de 20 ans liée à la cocaïne, il a fini avec 21 ans de plus pour sa tentative de faire avorter le procès. Reste à espérer qu’il aura compris quand il sortira de taule à 65 ans.

Lawrence Phillips

Lawrence Phillips a déjà été une vedette au niveau collégial et il a remporté la Coupe Grey à titre de demi offensif des Alouettes de Montréal en 2002. Dans la NFL, il a tenté de s’imposer en vain avec une poignée d’équipes : Rams de St. Louis, Dolphins de Miami et 49ers de San Francisco. Après une fin de carrière en queue de poisson, Phillips est parvenu à s’imposer avec brio dans un autre rôle : celui de fauteur de troubles. Il s’est retrouvé emprisonné pour une durée de 31 ans pour avoir tenté d’étrangler sa copine et pour avoir frappé volontairement un trio de jeunes avec sa voiture, rien que ça! Pour ajouter l’insulte à l’injure, Phillips a de nouveau fait face à la justice alors qu’il était déjà derrière les barreaux pour avoir présumément assassiné son compagnon de cellule. Faisant face à la peine de mort, c’est en se suicidant qu’il a échappé à son procès. Triste fin pour un talentueux athlète.

Jayson Williams

Voilà un grand champion du monde de l’imbécilité, celui à qui on pourrait remettre un prix pour son dévouement à la cause des épais… L’ancien de la NBA, Jayson Williams, voulait faire visiter son manoir à son équipe de charité. Pour ce faire, il avait embauché un chauffeur de limousine. Alors que la visite se passait sans anicroche et que Williams parlait de sa maison à ses coéquipiers, il s’amusait avec un pistolet qu’il pointait à gauche et à droite. Accidentellement, un coup est parti, atteignant le chauffeur, Costas Christofi, qui en perdit la vie. Si Williams a échappé à une accusation de meurtre prémédité, il a tout de même écopé d’une peine de six ans.

Michael Vick

Il avait tout pour être une très grande vedette, tout pour être un des bons quarts-arrière de sa génération, tout, sauf l’intelligence. Sa carrière professionnelle allait bon train jusqu’à ce qu’on le coince pour avoir organisé des combats de chiens. Les amis des animaux se sont donc mis de la partie et Vick a été condamné à une peine de 23  mois de prison, une sentence bien méritée, et plus jamais il n’a été le même meneur de jeu par la suite. Ruiner sa vie pour des combats de chiens, c’est fort!

Bernard Hopkins

Hopkins est une légende du monde de la boxe; tant par ses accomplissements que par la longévité de sa carrière. Avant de devenir une figure bien connue de son sport, sur le point d’atteindre l’âge adulte, Hopkins s’est retrouvé dans le trouble en écopant de 18 ans de prison pour une multitude de crimes de bas étage. C’est d’ailleurs en prison qu’il a découvert la boxe et il en a fait un objectif de vie. Libéré après cinq ans de détention et converti à l’islam, Hopkins est devenu une vedette et a juré que plus jamais il ne remettrait les pieds dans une cellule. Seul l’avenir saura nous dire s’il tiendra promesse, mais il semble sur la bonne voie pour y parvenir!

Mike Danton

Dans le monde du hockey, l’histoire effroyable de la vie de Mike Danton est bien documentée. Pris sous son aile par l’agent de joueurs David Frost, Danton aurait été l’objet de plusieurs abus de nature sexuelle par son « mentor » alors qu’il était encore adolescent. Selon ce qu’il a été permis d’apprendre, Frost utilisait son influence pour briser les liens entre Danton et ses parents et aurait même tout mis en œuvre pour que le jeune frère de son « protégé » soit agressé par un groupe de joueurs qu’il dirigeait. En 2004, Danton, qui répondait autrefois au nom de Jefferson, a été arrêté pour avoir engagé un tueur à gages dans le but de faire assassiner Frost et est condamné à purger sept années et demie de pénitencier. Il sera libéré sur parole en 2009 après 63 mois au cachot. Aujourd’hui, Danton affirme que jamais il n’a voulu faire tuer Frost et que la cible était plutôt son père biologique… Comme si c’était mieux.

(Article publié dans l’édition #18 juin/juillet 2017 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

ERREURS MÉDIATIQUES