Archive

Légendes : John McClane : de la testostérone en cadeau pour Noël

Chroniqueur Michel Bouchard
Partager

Le cinéma des décennies 70 et 80 a vu naître un nombre impressionnant de franchises à succès où le héros sans peur et sans reproche a la gâchette plutôt facile. Des héros avec un tempérament violent qui volent au secours de la veuve et de l’orphelin en se foutant totalement des conventions sociales. On pourrait en nommer plusieurs, comme le Rambo de Sylvester Stallone, le major Scott McCoy de Chuck Norris, le RoboCop de Peter Weller, le Martin Riggs de Mel Gibson, le Indiana Jones de Harrison Ford, tous les personnages d’Arnold Schwarzenegger à l’exception de celui où il joue le frère jumeau de Danny DeVito et évidemment le John McClane de Bruce Willis. Avec sa désinvolture et son mépris total de l’autorité, sans oublier sa capacité à se contrefoutre de tous les cadavres qu’il laisse derrière lui, McClane est le flic avec lequel tu ne veux pas avoir de trouble, c’est un mâle alpha, rien de moins.

Si on devait résumer le premier Die Hard le plus simplement possible, on pourrait dire que c’est l’histoire d’un bad ass qui veut juste passer les fêtes en famille.

La lutte contre le terrorisme serait passablement plus aisée si John McClane existait pour vrai. À lui seul, il vient à bout d’un shitload de terroristes comme un champion, le décompte a d’ailleurs été compilé sur le site diehard.fandom.com et c’est un grand total de 73 méchants qu’il tue.

Si Bruce Willis a défendu le rôle avec brio, il faut savoir que le premier à qui on a offert de jouer McClane est nul autre que Frank Sinatra, également une vraie légende!

Au fait, l’amour-propre de Bruce Willis a probablement pris un méchant coup quand il a appris qu’il n’avait pas été le deuxième choix après Sinatra, puisque Sylvester Stallone, Robert De Niro, Harrison Ford, Nick Nolte, Mel Gibson, Richard Gere, Don Johnson, Burt Reynolds, et Richard Dean Anderson – oui, McGyver en personne avec sa coupe Longueuil ! – ont tous décliné l’offre de jouer le célèbre policier rebelle.

 

(Lire l’article complet dans l’édition #167 décembre/janvier 2020 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

Le bootleg à travers les époques