En kiosque

Billy Tellier

Rédacteur en chef Jean-Sébastien Doré
Photographe Eric Myre
Partager

L'HYPOCRISIE A BEAU SE DÉGUISER, TÔT OU TARD…

Plusieurs ont connu Billy Tellier à la télévision (Colocs.TV, Trouve-moi ça!), d’autres à la radio de CKOI à Montréal, chaque matin depuis 2012, au micro de Debout les comiques. Chose certaine, l’humoriste a fait son nom au cours des dernières années, grâce à un delivery d’une rare efficacité, oui, mais aussi à des textes parmi les plus mordants offerts actuellement au Québec. Cinq ans après son premier one-man show, La loi du plus fort, Tellier revient avec une nouvelle offrande sur scène, Hypocrite(s), où il pointe sans gêne le petit côté sombre à l’intérieur de chacun de nous.

Peux-tu nous parler du thème de ton nouveau spectacle? Pourquoi ce titre, Hypocrite(s)? Écoute, parce que je pense que c’est un super bon thème, très actuel. On est dans une époque où l’on ne montre que nos bons côtés sur les réseaux sociaux, mais je demeure convaincu qu’on a tous un petit côté sombre, un petit côté caché, que je voulais faire sortir dans le show. Je voulais vraiment que ce soit un show exutoire, mais qu’on relaxe aussi. Parce que c’est pas vrai qu’on est tous parfaits, c’est à peu près le temps qu’on s’en rende collectivement compte. Tu sais, dans des soupers d’amis, avec un petit verre dans le nez, on s’en rend vite compte. Donc, c’est un peu ça mon show, dire « heille, calmez-vous, on en a tous des petits travers ».

QUAND ON LEUR OFFRE UNE TRIBUNE, LES GENS DEVIENNENT… ILS DEVIENNENT VITE ENRAGÉS!

Comment as-tu amorcé la création et l’écriture de ce spectacle-là? Quels petits traits précis du « petit côté sombre de tous » t’ont inspiré pour débuter l’écriture? Moi, je fais de la radio le matin et j’ai remarqué que, quand on leur offre une tribune, les gens deviennent… ils deviennent vite enragés! (Rires) Dès qu’on abordait certains sujets, il y avait beaucoup de grogne, beaucoup de hargne, et je me disais « voyons, les gens ont bien des choses de refoulées qu’ils veulent absolument exprimer ». Et des fois, c’était des petits sujets niaiseux… Je me suis donc dit qu’il y avait vraiment de quoi à creuser là. Le thème «Hypocrite(s)» est arrivé aussi avec le fait que je suis papa de deux jeunes enfants et, très vite tu te rends compte qu’il faut leur dire que, dans la vie, ils doivent être gentils, ils doivent être sages. Attends, je suis à l’extrême de ça! Les trois quarts du temps, je leur mens, j’ai un passé que je leur cache probablement… Je trouvais donc ça intéressant de décliner tout ça à travers diverses sphères de la société.

Crédit photo : Franca Perrotto - www.francaperrotto.com

(Lire l’article complet dans l’édition #168 février/mars 2020 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

Star Wars : l’histoire de l’Empire