Archive

Cascadeurs : payés pour casser!

François Cominardi
Partager

Montréal ou Toronto sont des plaques tournantes du cinéma américain, grâce au coût avantageux du dollar canadien, mais pas seulement pour ça. Nos cascadeurs de cinéma sont réputés. Marc-André et Félix doublent les acteurs de films américains. Ils se défenestrent, en feu, du 5e étage d’un bulding. Tranches de vie… Et, cerise sur le sundae, on vous dévoile des anecdotes d’Alain Brochery, la doublure de Robert De Niro dans Ronin, ou celles de Jean-Pierre Goy, qui saute au-dessus d’un hélicoptère à la place de Pierce Brosnan dans James Bond.

Les balles sifflent autour de ses oreilles. James Bond est au guidon de sa moto, au deuxième étage d’un bâtiment à Bangkok. Une belle Asiatique est menottée à lui. Il cherche une échappatoire, car un hélicoptère fortement armé se pose au sol pour les traquer. Il fait demi-tour avec la puissante BMW. N’écoutant que son courage et l’appel du Bloody Mary, sa boisson préférée, il s’élance dans une folle accélération, pulvérise la fenêtre et s’envole dans les airs.

Au-dessous, le rotor de l’hélicoptère soulève la poussière, mettant en danger nos deux héros. Les pales meurtrières sifflent, menaçantes. Mais la moto a pris la bonne trajectoire et elle atterrit sur l’immeuble d’en face, non sans s’affaisser comme dans un nid de poule d’une rue de Montréal. Clap de fin.

La scène se déroulait sur le tournage du film Tomorrow Never Dies en 1997. Tout le plateau s’était levé et avait applaudi le cascadeur qui venait de réaliser l’exploit. Pierce Brosnan, le 007, l’avait félicité personnellement et lui avait donné sa montre officielle James Bond. « C’est un des meilleurs moments de ma vie… », dira le cascadeur. La première prise filmée était la bonne, heureusement. Deux cents sauts d’entraînement avaient été nécessaires pour réussir la cascade de 21 mètres de long, à 15 mètres de hauteur! « J’avais réussi à convaincre les assurances de ne pas mettre de câble de sécurité sur la moto. »

C’est Jean-Pierre Goy, un cascadeur français, qui avait accompli ce bond (oh… le jeu de mots!). Il avait été sélectionné pour sa précision et ses capacités démontrées depuis longtemps avec l’équipe de Rémy Julienne, l’inventeur de la cascade moderne. À ses débuts, il côtoyait des acteurs comme Alain Delon, Lino Ventura ou Jean-Paul Belmondo, un acteur qui ne se faisait pas beaucoup doubler, comme dans cette scène, accroché à un hélicoptère au-dessus de la place Saint-Marc, à Venise. On doit aussi à Belmondo la fameuse phrase : « Et hop, cascade! »

« Mais je n’étais jamais cité sur le générique avec Rémy Julienne », avoue Jean-Pierre!

(Lire l’article complet dans l’édition #163 mai 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Exclusif web

BOB BISSONNETTE : ROCK STAR, À LA VIE À LA MORT