En kiosque

HE-MAN And the Masters of the Universe

Chroniqueur Michel Bouchard
Partager

Parmi les gaffes notoires dans l’histoire du monde de la commercialisation des jouets, la compagnie Mattel a déjà refusé l’offre de George Lucas de produire et de vendre les dérivés de Star Wars. Une erreur assez majeure dont on a déjà parlé dans cette chronique quelques numéros auparavant. Au début des années 80, devant la popularité immense des figurines de Yoda et de Chewbacca, Mattel doit réagir et décide de créer sa propre série de ti-bonshommes en plastique : He-Man and the Masters of the Universe.

En français, c’est sous le nom de Musclor que le héros déploie toute sa « mâlitude », mais en anglais, c’est He-Man. Admettons d’emblée que la sonorité du nom anglais prononcé en français perd un peu de virilité.

À l’époque, les prototypes sont d’un ridicule fou : une copie de Bobba Fett obèse, un soldat avec une tête de char d’assaut (oui, pour vrai) et un guerrier blondinet en jupe de poils avec une hache.

La première idée était de faire de He-Man un guerrier viking, mais la figurine était horrible. Tellement moche que les enfants en avaient peur. On a donc statué et on a opté pour le guerrier peu vêtu avec une hache… Musclor portait donc une armure sur le torse, si on peut qualifier ainsi l’objet de protection plutôt minimaliste. De toute manière, tout le monde sait bien qu’un vrai guerrier mène ses combats en bobettes.

 

(Lire l’article complet dans l’édition #163 mai 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
En kiosque

VOYAGE SUR MESURE POUR L’ÉTÉ