Exclusif web

JIM ZELLER PRÉSENTE BLUES FROM ANOTHER PLANET

Rédactrice en chef Nathacha Gilbert
Interviewé Jim Zeller
Partager

Le lancement a lieu le 7 mai prochain au Roosewood

Jim Zeller est le maître incontesté de l’harmonica. Celui que l’on pourra voir partout au Québec cet été dans le cadre des divers festivals tenus un peu partout dans la province lancera dans quelques jours son 6e album en carrière, Blues from Another Planet.

Bonjour Jim. C’est un plaisir de te recevoir chez SUMMUM. Dis-moi, comment vas-tu? Ça va très bien, merci. Je suis en train de terminer le mixage de mon nouvel album. Je passe encore plusieurs jours par semaine en studio. L’alchimie créative est intense et assez cool.

On discute ensemble aujourd’hui puisque tu t’apprêtes justement à lancer ton sixième album en carrière, qui s’intitule Blues from Another Planet. Comment te sens-tu? Fébrile, peut-être? Ces jours-ci, je suis vraiment emballé et ravi de finir ce 6e CD. Même à 64 ans, je me sens en grande forme et je n’ai pas du tout l’intention de prendre ma retraite! Je suis heureux et amoureux comme jamais!

Cet album compte donc neuf chansons originales en plus de la reprise de L’homme à l’harmonica (The Man with the Harmonica) du film Once Upon a Time in the West. C’était important pour toi de présenter ta propre version de cette pièce classique, dis-moi? J’ai choisi d’interpréter cette pièce de Morricone parce qu’elle possède une grande profondeur mélancolique. C’est le genre de chanson qui reste dans l’esprit et les souvenirs des gens. C’est une sorte d’hymne de l’harmonica. Je crois sincèrement que ma version est à la hauteur avec une super formation réduite de deux guitares, basse et batterie. C’est un classique qui est difficile à rendre, mais sublime à la fin.

Tu es connu comme étant le maître de l’harmonica. Comment est-ce que cet instrument est arrivé dans ta vie? J’ai commencé à jouer de l’harmonica lorsque j’avais 12 ans. C’est un ami de mon école secondaire qui m’avait prêté son instrument. Déjà, je chantais dans les groupes de la ville de Sherbrooke. J’adorais cet instrument parce que j’avais juste à le mettre dans ma proche pour l’amener partout. Pour moi, l’harmonica, c’est une sorte de carte de crédit magique!

Et comment as-tu commencé à en jouer de façon professionnelle? Ah! Les années passent vite! J’ai commencé à 17 ans. C’était en 1970; j’étais un jeune hippie qui parcourrait l’Amérique. C’est en 1974 que j’ai eu mon premier contrat avec le Shakey Al Band, un blues band de Détroit.

De par les années, tu as fait de nombreuses collaborations avec des artistes d’ici et d’ailleurs. Quelles prestations ou collaborations t’ont le plus marqué et pourquoi? J’en ai fait tellement et je vais continuer à en faire! Je suis un gars de gang, j’aime les collaborations et les jams; c’est ça l’esprit du blues. Les collaborations m’ont permis de faire ma marque auprès du public, des médias, mais aussi de me faire accepter par les musiciens. J’ai partagé la scène avec Bob Dylan, Muddy Waters et Willie Dixon, des dieux du blues. J’ai joué aussi avec des stars d’ici, comme Michel Pagliaro, Robert Charlebois, Marjo, Jean-Pierre Ferland et même Johnny Hallyday.

Tu présenteras ton nouvel opus le 7 mai prochain au Rosewood, à Montréal. A-t-on déjà une idée du programme de la soirée? Oui, j’ai déjà pensé à tout ça! Ce sera un évènement gratuit, ouvert au public. Je veux remplir le Rosewood, dans le Vieux-Montréal, et revoir tous mes amis du show-business. C’est essentiel pour moi être entouré de ceux que j’aime. Je vais chanter cinq nouvelles chansons et présenter la vidéo de Brother from Another Planet.

Qu’est-ce qu’il représente cet album-là pour toi? Il représente qui je suis aujourd’hui, où j’en suis rendu dans ma vie personnelle et professionnelle. C’est mon « statement » à moi. Je n’ai pas changé et je ne vais pas changer, surtout pas à mon âge! Pour plusieurs, je suis un peu un extraterrestre, je viens d’une autre planète… celle du blues!

Tu disais que tu n’étais pas près de prendre ta retraite; tu donnes tout de même plus de 150 concerts par année! À quoi peut ressembler ton horaire, ça doit être complètement fou! C’est un horaire de musique, juste de la musique! Je donne au moins trois spectacles par semaine et je vais aussi à des jams. Je me promène partout avec mes harmonicas; je suis toujours prêt à monter sur une scène!

À part le lancement qui se tiendra dans un mois, as-tu d’autres projets sur la table? J’espère aller bientôt en Europe après la saison des festivals. Cet été, je vais être partout au Québec!

LIENS COMPLETS POUR SUIVRE JIM ZELLER

SITE WEB | FACEBOOK | INSTAGRAM

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Exclusif web

BOUNDARIES : la nouvelle petite bombe de Québec!