En kiosque

L’âge d’or du balado

Chroniqueur Maxime Johnson
Partager

Longtemps considéré comme un média de niche, la baladodiffusion connaît présentement un véritable âge d’or, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde. Que l’on s’intéresse à l’histoire, au monde criminel, à la techno, au sport ou aux enjeux de société, il y a toujours quelque chose de plus à écouter. Retour sur cette tendance à ne pas rater.

Un lent début

Une émission audio qu’il est possible de télécharger sur Internet et d’écouter à sa guise : le concept de baladodiffusion en soi n’est pas particulièrement novateur. Déjà dans les années 90, plusieurs émissions de radio internet auraient d’ailleurs pu être considérées comme des baladodiffusions, si le mot avait existé.

Le développement et l’adoption de plusieurs technologies ont toutefois entraîné la (lente) transformation de ce média. L’arrivée des fils RSS au début des années 2000 a par exemple permis aux créateurs de pousser leurs nouveaux contenus vers leurs abonnés, plutôt que d’espérer que ceux-ci visitent leurs pages web à la recherche du dernier épisode à écouter.

Plus que tout, l’arrivée de l’iPod et la démocratisation des baladeurs numériques ont facilité l’écoute de ces fichiers. Profiter d’une heure de musique devant son ordinateur est une chose, mais se concentrer sur une émission parlée en est une autre. L’iPod que l’on transportait avec nous dans nos déplacements a complètement changé la donne.

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
En kiosque

Le monde nébuleux de la franc-maçonnerie