Archive

L’ARGENT BAFOUE-T-IL LES VALEURS DU SPORT?

Chroniqueur Michel Bouchard
Partager

Certains franchissent une ligne interdite pour s’assurer encore plus d’argent

Si vous ne le savez pas déjà, la surprise risque d’être grande : les sportifs de haut niveau gagnent beaucoup d’argent. C’est tout un choc, avouez? On parle ici de sommes astronomiques. Des masses et des masses de billets verts. Toutefois, ils ne sont pas les seuls à empocher le pactole dans le merveilleux monde du sport, car la logique ne ment pas : si des propriétaires de concessions sportives acceptent de verser de tels salaires, c’est parce qu’en retour, eux-mêmes engrangent les beaux bidous.

Le sport, en principe, prône de bonnes valeurs : la tolérance, le respect, l’honnêteté, l’esprit d’équipe, la solidarité, la coopération, l’honneur, le courage… On croirait presque entendre la voix de Dan Bigras dans une annonce de Ram. Toujours est-il que le sport prêche des principes de vie nobles qui peuvent s’appliquer à tout le monde au quotidien.

À force d’impliquer des sommes colossales, sous l’œil avide de requins affamés et de gens avec bien peu de scrupules, il est évident qu’en fin de compte, certains franchissent une ligne interdite pour s’assurer encore plus d’argent. C’est là que les valeurs du sport peuvent s’en trouver bafouées.

Si on combine les 50 équipes professionnelles listées dans le palmarès, on parle de 137 milliards $ US en valeur estimée.

Serge Vallières, directeur chez TACT Intelligence-conseil et cofondateur de Marquefinale.com, un blogue dédié au marketing sportif et aux affaires dans l’univers du sport, explique : « Sans dire que l’argent bafoue les valeurs, on peut dire qu’il y a extrêmement d’argent dans le sport. Pas seulement quant aux salaires et aux commandites, mais si on regarde sur le plan des concessions sportives, on parle de milliards de dollars. Suffit de consulter la liste annuelle émise par Forbes pour le constater. Si on combine les 50 équipes professionnelles listées dans le palmarès, on parle de 137 milliards $ US en valeur estimée. C’est gigantesque. À eux seuls, les Cowboys de Dallas ont une valeur qui oscille autour de 4,8 milliards $ US. »

Si les clubs de la LNH font figure d’enfant pauvre au sein du groupe des quatre circuits majeurs en Amérique du Nord, ils arrivent à classer quelques équipes dans le palmarès de Forbes (les Rangers arrivent en premier avec une valeur atteignant 1,55 milliard $ US, devant les Maple Leafs de Toronto à 1,35 milliard $ et les Canadiens de Montréal à 1,3 milliard $). Les sommes demeurent astronomiques et le circuit Bettman engrange tout de même des revenus qui naviguent dans des eaux qui avoisinent les 5 milliards $ US, ce n’est pas rien quand on se rend compte que des millions de Québécois disent oui à l’Extra pour 2 $ en rêvant de gagner 100 000 $…

Récemment, la LNH a octroyé une nouvelle concession à la ville de Seattle. Ainsi, pour joindre la Ligue, c’est un montant de 660 millions qui a dû être déboursé. « Et à cette somme, on doit ajouter plus de 700 millions pour mettre à jour l’aréna de la ville. C’est donc une somme de 1,4 milliard qui doit être défrayée. C’est un étrange paradoxe quand on pense que les Coyotes de Phoenix sont évalués à 290 millions $ et les Panthers de la Floride peinent à atteindre les 300 millions $ », ajoute Serge Vallières.

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

LA CONQUÊTE DE L’ESPACE