En kiosque

LE PETIT GUIDE 101 DES FESTIVALIERS

Chroniqueur Charles Laplante
Partager

La saison des festivals de musique est enfin à nos portes. Pour les vétérans, c’est un moment de l’année très apprécié et attendu. Pour les novices de tous les âges, du « kid » de 18 ans qui se tape un trip avec ses amis du cégep au comptable de 40 ans qui a rencontré une trippeuse de musique, le fait de partir sur une dérape pendant deux, trois ou quatre jours au soleil peut être une source de stress considérable. Heureusement, SUMMUM est là pour vous aider.

Ton pire ennemi : le soleil

Évidemment, ça ne prend pas la tête à Papineau pour faire l’équation soleil + alcool = déshydratation. C’est pourquoi notre premier conseil est le suivant : apporte une bouteille d’eau réutilisable et remplis-la aux multiples points d’eau que tu trouveras sans effort au festival. On est en 2019, essaie autant que possible de ne pas acheter 50 bouteilles d’eau en plastique. Le soleil est aussi l’ennemi de ta face, tes épaules et toutes les parties de ton corps que tu as l’intention de promener à l’air libre. À 30 degrés sans nuages au Parc Jean-Drapeau, c’est pas trop long que tu finis par avoir le teint crabe des neiges. Ne lésine pas sur la crème solaire, quitte à être le gars qui a un spot de crème blanc sur le nez. Y a toujours un gars comme ça dans un festival pis c’est vraiment pas grave si c’est toi. La sécurité avant le style. Sinon, casquette, chapeau et lunettes de soleil sont toujours des atouts, c’t’évident!

Vivre au présent

Les festivals de musique sont désormais davantage vendus comme des expériences à cataloguer dans les différents fils de tes réseaux sociaux. Ce qui fait qu’il est de plus en plus fréquent de passer trois jours entouré de gens qui font juste se filmer pis se prendre en photos. C’est sûrement le fun pour pas mal de monde pis je sonne sûrement comme le pire mononcle de te dire ça, mais mets donc ton téléphone sur le mode avion pis profite donc le plus possible des milliers de choses qui se passent dans ton environnement physique direct, et plus particulièrement des groupes que les organisateurs se sont fendus en quatre pour mettre sur l’horaire. Sinon, tu peux aussi te foutre de ce conseil-là pis t’acheter un « battery pack » d’une vingtaine d’heures, ne serait-ce que pour éviter les files d’attente aux stations de recharge.

(Lire l’article complet dans l’édition #164 juin/juillet 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
En kiosque

L’IMPORTANCE D’UN TRAITEMENT ANTIROUILLE AU QUÉBEC