Archive

Le rétro gaming : des sensations pures!

Chroniqueur Alexis Le Marec
Partager

On aurait pu penser le rétro gaming cantonné aux quarantenaires nostalgiques, mais il a largement dépassé ce public parce qu’il offre quelque chose de différent et qui n’existe presque plus.

L’arrivée des jeux en 3D en 1995 avec le lancement de la PlayStation en occident (1994 au Japon) laissait entrevoir une course à la puissance et au réalisme sans fin. À cette époque, les joueurs voulaient toujours plus de 3D, et c’était l’occasion de voir émerger de nouveaux genres jusqu’alors inconnus : le survival horror avec Resident Evil et Silent Hill, l’infiltration avec Splinter Cell et Metal Gear et, bien sûr, l’ajout de « somptueuses » cinématiques, qui ont fait les beaux jours d’un Final Fantasy VII. La PlayStation 2 a enfoncé le clou, pendant que Nintendo poussait lui aussi vers plus de 3D avec la Game Cube et que Microsoft débarquait avec sa surpuissante première Xbox accompagnée de Halo qui rendait jaloux même les joueurs PC. Pourtant, c’est vers la fin de vie de ces consoles et la promesse d’une prochaine génération encore plus puissante que le rétro gaming a émergé. Le courant a été lancé par les quarantenaires nés dans les années 60 et lassés du peu de challenge proposé par de trop nombreux jeux 3D à leur goût.

On aurait pu croire au début à une nostalgie, mais il est vrai que les jeux 2D offraient une difficulté souvent abusive. Pas de jeux de 100 Go dans les années 80. Les éditeurs avaient de 1 à 4 Mo sur les ordinateurs d’alors et les cartouches de consoles, comme la Super NES, ne contenaient que 4 Mo à leur début (32 Mo en fin de vie). Les jeux étaient donc difficiles pour compenser le peu de niveaux et ne comportaient pas de sauvegarde. Il fallait les connaître par cœur pour les finir d’une traite et, même dans ces conditions, c’était sans compter sur l’esprit retors des développeurs, à l’image de Ghouls N Ghosts où, arrivé face au boss de fin, vous demandait de rejouer le jeu au complet pour vraiment l’affronter.

SUGGESTIONS

Les anciennes consoles peuvent encore être trouvées sur eBay, mais plus les années passent et plus les prix grimpent. Voici quelques systèmes pour jouer à ses jeux rétro sans avoir à débourser parfois une fortune, quoique…

Recalbox

Ce système d’exploitation pour jeux rétro est dédié aux systèmes types Raspberry Pi. Capable d’émuler plus de 80 consoles dans sa dernière version. Bref, compatible X86, elle devrait tourner sur PC sans problème. Si vous avez un vieux PC qui traîne, pourquoi ne pas en faire une machine d’arcade façon La Borne, ce fabricant français qui devient incontournable et fait des jaloux jusqu’en Amérique?

Polymega

Même si les vieilles consoles sont très durables, elles finissent par tomber en panne et leur parc s’amenuise. La Polymega s’avère alors une option intéressante. Né d’un projet Kickstarter, cette console lit de base les jeux sur CD comme la Neo Geo, la PC engine CD Rom ou le Mega CD. À cela, des modules complémentaires contenant des ports cartouches viennent s’ajouter, mais on peut lancer également les jeux depuis des roms installés dans son disque dur.

(Plus de suggestions dans l’édition #164 juin/juillet 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

SELON UNE ÉTUDE SCIENTIFIQUE…