Archive

LES TECHNOLOGIES DU FUTUR

Chroniqueur Jean-François Cyr
Partager

Les avancées technologiques ne cessent de façonner notre monde. Elles sont désormais si rapides que notre mode de vie actuel paraîtra sans doute terriblement obsolète dans quelques décennies. Il est d’ailleurs toujours fascinant de regarder ce que sera l’avenir et quelles seront les technologies qui pourraient passablement modifier notre demain.

L’énergie atmosphérique

La plus grande partie de l’énergie que nous produisons aujourd’hui provient de ressources limitées, comme les combustibles fossiles. Puisque ces ressources s’épuisent à grande vitesse et qu’elles ont souvent des conséquences dévastatrices sur l’environnement, le développement de nouvelles sources d’énergie est primordial. Une source renouvelable en plein essor qui a le pouvoir de révolutionner la production d’électricité est l’énergie atmosphérique. Celle-ci provient de l’électricité qui circule librement dans l’air. Pensons à un orage ou encore à une aurore boréale. Bien entendu, la capture et le contrôle de cette électricité sont des énormes défis. Mais, il sera probable de puiser un jour dans l’atmosphère, pour y puiser l’électricité. Fondée en 2004, SEFE Inc. est une entreprise qui travaille sur le développement de l’énergie atmosphérique : sa captation, son emmagasinage et sa commercialisation.

Le carburant solaire

Une autre énergie qui fait jaser dans le monde scientifique, outre celles éolienne, solaire et hydraulique, est le carburant solaire. Une équipe de chercheurs du Laboratoire d’électrochimie moléculaire à Paris a récemment développé un procédé capable de transformer le dioxyde de carbone (CO2), rejeté en quantité massive par les activités humaines, en méthane (CH4) à l’aide de lumière solaire et d’un catalyseur moléculaire à base de fer. Cette découverte est majeure, car elle permettrait de garder l’énergie du soleil sous forme liquide. Une autre société américaine du nom de Joule Unlimited travaille sur ce « liquide de soleil ». La direction croit pouvoir bientôt être en mesure de produire ce carburant à un prix compétitif avec l’essence.

Les nanotechnologies

On parle des nanotechnologies depuis déjà quelques années. Devenues à la mode, ce sont essentiellement des manipulations de matériaux à l’échelle atomique et moléculaire. On est dans le monde microscopique. En effet, la nanotechnologie concerne la conception, la production et l’application de structures, dispositifs et systèmes par le contrôle de la forme et de la taille à une échelle nanométrique. Par exemple, la nanoélectronique a le potentiel de révolutionner l’informatique, non seulement en permettant des vitesses de calcul ultra rapides, mais en réalisant des appareils électroniques plus petits. Autre exemple : la petitesse d’un outil médical, de la grosseur d’une cellule, pourra éventuellement naviguer à travers notre corps comme un système immunitaire artificiel. Les nanodispositifs pourront permettre par ailleurs de manipuler notre code génétique.

La téléportation quantique

La téléportation est le transfert instantané d’un état quantique d’un endroit à un autre. Ce phénomène physique est au cœur de la nouvelle génération à venir d’ordinateurs quantiques ultra puissants de l’information, ainsi que des systèmes de communication. D’ailleurs, la téléportation quantique est amenée à jouer un rôle central dans les communications cryptées du futur. Le problème du cryptage concerne la sécurité de la transmission entre l’émetteur et le récepteur : la clef de décryptage peut être interceptée. La téléportation quantique, par ses propriétés intrinsèques basées sur les lois de la mécanique quantique, rend cette interception impossible et la transmission sûre à 100 %. Il y a moins d’un an, des physiciens chinois ont battu un nouveau record de téléportation quantique avec une distance de 1200 kilomètres, une étape importante vers une révolution des télécommunications et du cryptage informatique sur Internet. Ces travaux, publiés en 2018 dans la revue américaine Science, « s’appuient sur les propriétés du monde subatomique, décrites par Albert Einstein, dans lequel les particules peuvent exister dans deux États différents simultanément, comme des jumelles. Ces particules dites intriquées, photons ou neutrons, se comportent comme une seule entité même si elles sont séparées physiquement ». À l’aide d’un rayon laser, une équipe scientifique de l’université de Hefei, en Chine, a émis des paires de photons « intriqués » depuis un satellite en orbite.

L’intelligence artificielle surdéveloppée

Il est vrai que le développement de l’intelligence artificielle pose quelques grandes questions philosophiques et éthiques, mais il y a peu de doute pour que cette technologie soit utilisée abondamment par les humains dans un avenir très rapproché. La puissance de traitement des ordinateurs continue de croître à un rythme effarant. En conséquence, les humains sont en mesure d’analyser les données à l’aide de modèles informatiques de plus en plus complexes, et de résoudre les problèmes de façons encore plus ingénieuses. Certaines grandes entreprises, comme Google, tentent de reproduire la manière dont les neurones du cerveau humain communiquent et interagissent entre elles. Les intelligences artificielles sont déjà présentes dans notre vie de tous les jours et nous viennent constamment en aide. On peut prendre comme exemple l’application Siri d’Apple ou l’assistant personnel intelligent Google Now. Cependant, des projets tels que le système Cyc de Cycorp ont poussé l’intelligence artificielle à un autre niveau en augmentant largement ses capacités d’apprentissage et de raisonnement. Montréal veut devenir un pôle international du développement de l’intelligence artificielle qui va radicalement changer notre efficacité dans le travail et la recherche.

Les trains supersoniques

Les trains capables de voyager à une très grande vitesse – beaucoup plus importante que les TGV connus en ce moment – sont déjà en développement et pourraient devenir une solution de rechange aux avions dans le futur. Un exemple probant de l’avancement de cette technologie est le Super Maglev, qui peut atteindre une vitesse de près de 3000 km/h. Ce train à sustentation magnétique pourrait aller trois fois plus vite qu’un avion civil. Comment ça fonctionne? Le Super Maglev (qui signifie Magnetic Levitation) circulerait dans un tube, où la pression de l’air serait 10 fois inférieure à la pression atmosphérique au niveau de la mer. La résistance de l’air au déplacement du train serait donc nettement réduite, tout comme l’énergie consommée. Montréal-Los Angeles en moins de deux heures?

L’Hyperloop

Autre avancée qui touche au transport : l’Hyperloop. Ce projet de recherche industrielle a été lancé en 2013 par l’Américain Elon Musk, le fondateur de Tesla et de SpaceX. Ce milliardaire et les membres de son équipe qui développent le projet pensent que les humains pourront voyager dans une petite capsule pressurisée à 1200 km/h dès la prochaine décennie. L’idée serait de faire voyager les gens entre les grandes villes du monde à très grande vitesse, par des tunnels souterrains. Voyager entre Montréal et Toronto en 45 minutes, par exemple. The Boring Company, entreprise fondée aussi par Musk en 2016, chapeaute l’Hyperloop. L’entreprise a bel et bien commencé à percer un tunnel sur le site du siège de SpaceX, à Hawthorne dans le comté de Los Angeles, en Californie. Et il est quasiment achevé. L’idée a déjà été reprise par un autre milliardaire, Richard Branson de la compagnie Virgin. Son Hyperloop One est déjà en test dans le désert du Nevada sur une courte piste d’essai de 500 mètres.

Un Français du nom de Sébastien Gendron, ancien ingénieur pour Airbus qui a aussi travaillé chez Bombardier, veut pour sa part construire un projet Hyperloop en sol canadien. Celui-ci relierait Montréal à Toronto en 45 minutes. Un billet coûterait entre 60 $ et 80 $ pour un aller simple. Les coûts associés à sa création sont de 15 à 20 milliards $.

Les implants bioniques

Les implants bioniques pourraient également changer de manière importante le monde du futur. Il est déjà possible de remplacer un membre perdu qui fonctionne comme l’ancien. Cette possibilité est déjà en soi un phénomène incroyable. Or, la technologie promet maintenant bien plus qu’un simple remplacement. Des membres artificiels, aussi bioniques, pourraient être contrôlés par le cerveau de la même manière qu’un membre naturel. Il serait également plus résistant tout en augmentant les capacités physiques de son porteur.

Les cellules souches modifiées

Peu de technologies auront autant de pouvoir de transformer la médecine et la vie humaine que l’ingénierie des cellules souches. Non seulement elles sont génétiquement programmées pour attaquer les maladies comme le cancer, mais elles sont maintenant utilisées pour générer des tissus vivants. Cette technologie servira aussi, bien entendu, à stimuler la repousse des organes.

Au moment où la chirurgie esthétique est omniprésente dans les sociétés occidentales, l’industrie de la recherche antivieillissement est devenue impressionnante. Certains se concentrent sur la modification des gènes depuis la découverte du gène FOXO, qui contrôle la longévité chez les humains et d’autres espèces : les méduses ou encore les homards sont incapables de mourir de vieillesse. D’autres se concentrent sur le vieillissement en régénérant les cellules du corps. Bref, la technologie des cellules souches, mise au point, pourra vraisemblablement prolonger la vie humaine. Et pourquoi pas, la vie éternelle?

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

ATTAQUES EXTRATERESTRES