En kiosque

L’ÉTRANGE AFFAIRE DYATLOV

Chroniqueur Jean-Christophe Noël
Partager

Il y a presque 60 ans, un drame épouvantable s’est joué dans l’Oural (Russie). Neuf jeunes randonneurs ont trouvé la mort dans des circonstances étranges. À l’époque, l’affaire avait donné des maux de tête aux dirigeants du KGB. Encore aujourd’hui, « l’affaire Dyatlov » demeure un mystère digne de Sherlock Holmes.

Au printemps 2008, alors que je voyageais dans l’est de la Turquie, un soldat arménien m’a raconté une étrange histoire. Il la tenait d’un militaire de l’ancienne Union soviétique. Dans les années 50, un groupe d’étudiants avait trouvé la mort dans des circonstances « inexplicables ». Tous étaient décédés lors d’une randonnée dans les montagnes de l’Oural. Le drame était connu sous le nom du leader du groupe : « l’affaire [Igor] Dyatlov ». À l’époque, je n’en avais jamais entendu parler. De retour au Canada, j’ai commencé mes recherches. Et mon enquête a rapidement tourné à l’obsession.

Le voyage interrompu

Nous sommes en 1959, à Sverdlovsk (aujourd’hui Ekaterinbourg), dans la province de Sverdlovsk, dans l’Oural.

Le 24 janvier, neuf étudiants de l’Institut polytechnique prennent le train à destination des montagnes de l’Oural, à 600 kilomètres plus au nord. Le trajet se fera d’abord en train, puis en camion. Pour les 12 derniers kilomètres les séparant du mont Oterten, leur destination, les randonneurs ne pourront compter que sur eux-mêmes. Le groupe est composé d’Igor Dyatlov, un étudiant en ingénierie. Malgré ses 23 ans, Igor a une solide expérience du trekking. Ses compagnons sont Yuri Doroshenko, Alexander Kolevatov, Rustem Slobodin, Yuri Krivonishchenko, Nikolay Thibault-Brignoles, Yuri Yudin et les deux filles du groupe, Zinaida Kolmogorova et Lyudmila Dubinina. Presque tous sont des habitués de la randonnée en terrain hostile. Sur le trajet, les jeunes sont rejoints par Alexander Zolotaryov, un ami d’Igor Dyatlov. Zolotaryov ne fréquente pas l’Institut polytechnique. À 37 ans, il est le plus âgé du groupe.

Le 28 janvier, l’un d’eux, Yuri Yudin, qui n’a pas cessé de se plaindre de maux de dos insupportables, décide de rebrousser chemin. Il ne se doute pas une seconde des conséquences « salvatrices » de son geste.

(Lire l’article complet dans l’édition #159 novembre 2018 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
En kiosque

LES PIRATES… DE BÂBORD À TRIBORD