Archive

L’HORREUR À LA QUÉBÉCOISE

Chroniqueur Jean-Christophe Noël
Partager

L’horreur prend sa place de plus en plus dans le cinéma québécois et, non, je ne fais pas référence à des films tels que Nitro ou Hot Dog. Ce genre recouvre un bassin d’adeptes établi et le succès des festivals Fantasia et SPASM témoigne que cela n’est pas qu’un simple mouvement d’illuminés isolés, mais bien une passion implantée dont se délecte un auditoire fidèle et populeux

Des talents d’ici ont bâti leur niche dans ce monde d’hémoglobine. C’est le cas de François Simard, membre du Roadkill Superstar, un threesome créatif géniteur du film Turbo Kid sorti en 2015, qui a donné naissance à son second long métrage, Summer of 84. Sof84 a expulsé ses premiers vagissements au grand écran le 3 août dernier. Nerveux à l’approche de la sortie officielle du film tourné en sol vancouvérois, le RKSS s’est dit « confiant face à la réponse positive du public à Sundance et autres festivals » et « souhaite démontrer, avec Sof84, l’étendue de son talent et avoir accès à de plus gros budgets pour son prochain long métrage ».

« Nostalgique des films de Paul Verhoeven ayant bercé leur enfance », le RKSS plonge dans le vintage en trame de fond dans son Sof84, période où le fixatif à cheveux dominait le monde. « Les années 80 étaient la fin du rêve américain, quand le danger et la paranoïa se sont installés dans les banlieues paisibles et que les gens ont commencé à barrer leurs portes se méfiant de leurs voisins. C’était donc vraiment le meilleur ‘’setting’’ pour le thème de l’histoire. »

SUGGESTIONS

Voici quelques suggestions de films d’horreur, de science-fiction ou de suspense dans lesquels des Québécois ont été impliqués, que ce soit sur le plan de la production, de la réalisation, comme acteurs ou autre. Ça fait du bien de se rafraîchir la mémoire!

Le Bagman – Profession : meurtrier

2004 • genre : horreur

Ce classique du RKSS t’imbibe de sa marre visqueuse. Cette orgie sanguinolente de flux rougeâtres incessants te donne l’impression que ton salon sent le plasma mur à mur – et je ne parle pas de ta 70 pouces, car si tu es moindrement allumé, t’as une DEL. Comme si tu te lavais dans une piscine de purulence, tu te sens visqueux dans ton divan dès les premiers instants où ça se met à juter et tu « double-vérifies » que le contenu gluant et adipeux de ton maïs soufflé est bel et bien du beurre.

Les Sept jours du Talion

2009 • genres : horreur/suspense 

Parler d’horreur au Québec sans nommer Patrick Senécal serait comme prononcer incompétence sans faire référence à Donald Trump. Quel bon père de famille ne s’est pas déjà imaginé la façon dont il se ferait justice si un monstre en venait à commettre l’irréparable sur sa précieuse descendance. Réalisé par Podz, ce film nous offre une lente condamnation maison au sein de laquelle la miséricorde n’est pas invitée

(Lire l’article complet dans l’édition #158 septembre/octobre 2018 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

SUMMUM FÊTE SES 15 ANS!