Archive

MOTONEIGES

François Cominardi
Partager

Ça glisse au pays des merveilles

L’AUTRE SOIR, AU BAR AVEC LES CHUMS, LA CONVERSATION ROULAIT BON TRAIN ALORS QUE NOUS ENTAMIONS LA CINQUIÈME PINTE DE LA BITTT À TIBI. ON SE DEMANDAIT : QU’EST-CE QUI NOUS REND FIERS AU QUÉBEC? TOUT À COUP, LA MUSIQUE S’ARRÊTE À LA SUITE D’UNE PANNE D’ÉLECTRICITÉ. ÇA ÉLIMINAIT HYDRO-QUÉBEC DES RÉPONSES, QUI ÉTAIT POURTANT SUR TOUTES LES LÈVRES. ON ENTENDAIT LES MOUCHES VOLER ET LA SACOCHE DE LA BARMAID VIBRER – FOUILLE-MOI POURQUOI… LA SOIRÉE S’EST TERMINÉE SANS RÉPONSE. IL SEMBLE QUE NOUS N’AVIONS PAS SPÉCIALEMENT DE SUJETS RASSEMBLEURS QUI NOUS RENDENT FIERS. 

POURTANT, LE LENDEMAIN, FRAIS ET FRÉTILLANT COMME UN ACHIGAN À PETITE BOUCHE, UNE IMAGE ME SAUTAIT AU VISAGE. CE QUI NOUS REND FIERS AU QUÉBEC? LA MOTONEIGE, BIEN SÛR!

La création

Oui, la « sled » comme l’appellent les branchés de la chenille. C’est Joseph-Armand Bombardier qui l’a créée à Valcourt. Si tu connaissais Valcourt à l’époque, tu sais que J-A avait du temps de libre pour inventer. C’était le désert blanc… Même les docteurs ne pouvaient pas se déplacer. Alors quand l’un de ses fils est décédé faute de soins, celui-ci a créé une auto sur chenille, la B7. Ce n’était pas le premier véhicule de neige, mais il était équipé du fameux barbotin-chenille, qui a servi à développer la motoneige. Pour les élèves ingénieurs qui représentent une grande partie de notre lectorat, ou pour plein d’autres raisons, vous trouverez plus d’informations sur le barbotin au Musée Bombardier… ou sur Wikipédia.

L’importance de la motoneige au Québec

La motoneige est une industrie plus importante qu’on ne croit au Québec parce que les Ski-Doo sont conçus et fabriqués ici. Comme on en exporte, ça apporte des devises. Et ce n’est pas tout. Les touristes viennent faire de la motoneige au Québec. Ils profitent des 33 000 kilomètres de pistes entretenus par les 200 clubs de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) depuis 45 ans. C’est Bob Petit qui a inventé le concept de relier les villes par un réseau de sentiers entretenus et balisés pour les motoneigistes. Et ç’a fait toute la différence.

(Lire l’article complet dans l’édition #159 novembre 2018 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

DES SPORTS QUI N’EN SONT PAS