Archive

PAS LE MEILLEUR DES INVITÉS

Chroniqueur Mike Beaudoin
Photographe Sarah Dagenais
Partager

C’est bientôt Noël. J’aurais pu éviter le sujet et trouver un autre thème, mais en même temps, si j’avais parlé d’Halloween en décembre, tu m’aurais trouvé « weird » un peu.

Noël, c’est la seule période de l’année qui ne te laisse pas indifférent, t’es super heureux ou vraiment triste, mais t’es jamais neutre. À l’inverse, j’ai jamais vu quelqu’un dans le temps des pommes être en dépression, boire pis brailler parce que y’a pas eu le temps d’aller cueillir son sac lui-même, trois fois plus cher qu’à l’épicerie. Mais le temps des Fêtes, c’est spécial, surtout si tu le passes seul. T’as beau dire à tout le monde : « Ouin, moi j’suis quelqu’un de solitaire », quand le temps des Fêtes arrive pis que t’es seul, tu tripes pas.

J’ai vraiment été chanceux en général, y’a juste un Noël qui a été dur. Je venais de me séparer, j’habitais encore dans la même maison que mon ex parce qu’on n’était pas capable de la vendre pis j’avais pas d’argent pour me payer un appart en plus de l’hypothèque. Avec la garde convenue et les partys de la mère à ma fille, je n’avais pas la p’tite les 24, 25 et 26 décembre. Dans ma tête, j’me suis dit : « Juste trois jours, pas si pire. » Le mot qu’on cherche, c’est « naïveté ».

Crédit photo : Sarah Dagenais

T’sais, quand t’es jeune pis que t’as le projet d’avoir ta maison avant 30 ans, mais que tu te retrouves tout seul dedans à Noël, j’peux-tu te dire que tu l’as dans le cul, ton rêve d’être propriétaire? J’pense que c’est là que j’ai cassé. Le Mike confiant, solitaire et en contrôle était assis sur le divan à regarder des films pis brailler. T’sais, la vie de rockstar!

J’me souviens avoir reçu un texto de mon ami Marko qui me souhaitait un joyeux Noël et de passer du bon temps en famille. J’me souviens lui avoir souhaité la même chose et, en discutant, j’ai mentionné que je passais les trois prochains jours tout seul. Alors, le temps en famille… bof.

Dans nos échanges il m’a écrit : « Ben demain, tu viendras chez nous. On fête Noël avec la famille à ma blonde. » On n’était pas des amis si proches, il aurait pu juste me remonter le moral avec un gag, mais à la place, y’a pris le temps de m’inviter. Je ne sais pas si y’a juste voulu être poli, mais moi j’ai pris la porte qui était grande ouverte. Mon 24 décembre était chiant, mais maudit que j’avais hâte au 25.

(Lire l’article complet dans l’édition #160 décembre/janvier 2019 –  www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

L’ère des assistants vocaux est commencée