Archive

Rockstar malgré moi

Chroniqueur Alex Roof
Photographe Franca Perrotto
Partager

Faire rire des foules, signer des seins, coucher avec vos blondes, voici mon quotidien depuis maintenant trois ans. Certains se font demander dans les partys : « Hey! Excuse-moi! Est-ce que tu sais où sont les toilettes? » Moi, je me fais demander : « Hey! C’est Alex Roof! Peux-tu m’pisser dans face? »

Si vous êtes choqué par le début de ma chronique, je vous rassure, c’est normal. Ma vie est parfois surprenante. Si vous voulez quelque chose de soft, je vous invite à lire le magazine Châtelaine.

À noter que l’éditeur du SUMMUM ne voulait pas que je nomme le Châtelaine pour ne pas leur faire de publicité gratuite. Mais je m’en fous. Si je veux, je peux même écrire « CHÂTELAINE » en lettres majuscules sans raison valable. Je fais ce que je veux. Ça leur apprendra à engager Alex Roof.

Ma série de pranks humoristiques « Pourquoi Pas? », coproduite avec le gars de ConneriesQc et visionnée par plus de 10 millions de personnes, a changé ma vie. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas la série, ça ressemble aux Gags Juste pour rire, mais avec des gens qui trouvent ça drôle. Si le président de Juste pour rire est offusqué par mon gag, je m’en fous : qu’il m’envoie une mise en demeure après avoir géré les siennes.

Suis-je riche avec ma série? Bien sûr que non. Mon gérant de banque ne m’accorde pas un emprunt lorsque je lui montre mes vidéos YouTube. Il me répond plutôt : « C’est à quel poste ça, YouTube? »

Par contre, je suis riche en anecdotes. Tu me nommes un mot, et c’est certain que j’ai une anecdote pas possible reliée à ce mot. Dis-moi pas « Hôtel » et « Sorel », j’ai une anecdote à ce sujet. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais je ne suis pas invité aux funérailles le 24.

Il y a un effet assez particulier de rockstar avec mes fans qui s’est créé malgré moi. Au-delà d’avoir déjà pris un selfie en versant une bière pleine sur la tête d’un gars à sa demande, j’ai autographié autant de parties du corps qu’il peut y avoir de fautes d’orthographe dans le statut Facebook d’une fille de l’émission Barmaids.

JE FAIS CE QUE JE VEUX.
ÇA LEUR APPRENDRA À ENGAGER ALEX ROOF

Je vous entends penser jusqu’ici et je vous arrête à l’instant : même s’il y a le beau côté de signer le corps des demoiselles, il y aura toujours un gars saoul avec la shape de Peter Griffin qui te sort ses fesses poilues dans un line-up d’autographes. Et croyez-moi, quand t’as un anus poilu en plein visage, même si tu viens de signer les plus beaux seins du monde, c’est comme quand tu te rends compte que la fille que tu « frenches » a une pomme d’Adam : le plaisir s’annule.

Il y a même des gens qui se font tatouer mon autographe. Vous avez bien lu : des gens ont mon nom sur une partie de leur corps de façon permanente. Parfois, il me passe par la tête de lâcher l’humour et de me lancer dans un groupe « Hommage à Michel Louvain » juste pour que ces personnes regrettent leur tattoo.

J’ai déjà dit à la blague en entrevue que les gens qui ont mon nom de tatoué sur leur corps ont le droit d’entrer gratuitement à mes spectacles. Non seulement mes fans m’ont pris au pied de la lettre en rendant cette promotion réelle, il m’est arrivé d’oublier d’avertir la personne à la porte de la salle de spectacle de cette fameuse « promotion ». Un jeune homme qui en était à sa première journée de travail a vécu un beau moment récemment à Trois-Rivières lorsqu’à la question « Avez-vous votre billet? », une fille a sorti ses attributs devant lui sans rien dire. Un tout inclus en plein visage du jeune homme qui n’était pas au courant de ce soi-disant rabais. Ce nouveau dans le domaine du déchirage de billets était très heureux de mon concept, jusqu’à tant qu’un gars avec la shape de quelqu’un qui pose pour les photos « avant » des concepts « avant/après » se baisse les culottes pour lui montrer sa raie.

Et plus il y a de gens à un endroit, plus je suis susceptible de vivre quelque chose de « rockstar malgré moi ». Le meilleur exemple est sûrement ce que j’ai vécu au dernier Rockfest, endroit où il y a des gens qui crient, se roulent par terre, perdent conscience et vomissent de la broue avec de l’écume sur le bord de la bouche. En gros, c’est un endroit où les gens se réunissent pour vivre tous les symptômes d’une crise d’épilepsie sur un fond de musique rock.

À noter que l’éditeur du SUMMUM ne voulait pas que je nomme le Rockfest pour les mêmes raisons que ci-haut. Résultat : I don’t care.

J’étais en train de boire ma 12e bière en regardant Rammstein performer Du Hast avec une mise en scène incroyable : jeux de lumières, pyrotechnie, feux d’artifice et machines à boucane. Rammstein est réputé pour surprendre le public avec des artifices hors de l’ordinaire. Lorsqu’une envie d’uriner s’est fait ressentir dans ma vessie, j’ai choisi la clôture de métal plutôt que les toilettes chimiques. Juste pour vous donner une idée, dans les toilettes publiques de centres commerciaux, j’ai peur de m’asseoir et de pogner une maladie. Dans les toilettes chimiques, j’ai peur que les maladies me sautent dessus comme les zombies dans The Walking Dead. À « roche/papier/toilette chimique », « toilette chimique » gagne.

C’était donc le plan parfait d’uriner sur une clôture : il faisait noir donc personne ne pouvait me voir. Ce que j’ignorais dû à la noirceur, c’est que trois gars étaient assis de l’autre côté de cette fine clôture alors que j’arrosais celle-ci comme si j’étais un pompier et que mon jet pouvait sauver des vies.

C’est lorsque j’ai entendu tous les mots de l’église catholique enchaînés l’un après l’autre que j’ai réalisé que j’urinais sur la tête de gens qui se sont vite rendu compte que de recevoir de l’urine ne faisait pas partie de la mise en scène du spectacle de Rammstein. Tu crois qu’une pluie peut gâcher un festival extérieur? Imagine de l’urine dans l’oreille.

Pour moi, c’était clair : j’allais manger la volée de ma vie. Je méritais de me faire frapper à mort, me faire ramener à la vie, pour ensuite me refaire frapper à mort. Je me voyais déjà faire le line-up en enfer avec Hitler, ben Laden et le gars qui a inventé les cils pour mettre sur les lumières de chars.

Au moment où les trois concurrents du concours de « wet t-shirt d’urine » ont sauté la clôture pour amorcer un match de lutte trois contre un, ils ont compris qui j’étais. Ils ont figé. Leurs yeux remplis de rage se sont transformés en un mélange d’émerveillement et de joie. J’ai alors entendu une phrase surréaliste : « C’est Alex Roof! Il nous a pissé dessus! T’es notre idole mon gars! Merci! » Bouche bée et vessie vide, je ne savais pas quoi répondre. Ils étaient contents que j’aie uriné sur leur tête comme si je venais de leur faire un cadeau. Pendant un court moment, je me sentais comme si j’étais Elvis, et eux… comme un test de grossesse. Il y en a même un qui m’a dit qu’il ne se laverait plus jamais les cheveux. Je l’ai cru, il avait l’air déjà bien parti!

Vous n’avez pas idée à quel point toutes ces anecdotes que vous me faites vivre me font du bien, et sachez que je l’apprécie énormément. Cela dit, pourquoi ne pas démontrer de cette même manière notre appréciation envers les autres métiers? Il y a des gens qui ont des métiers qui sont beaucoup plus essentiels à la société, qui le mériteraient davantage. Commencez dès aujourd’hui! Payez une bière à votre plombier, prenez des selfies avec votre vidangeur, envoyez vos seins à votre comptable, sucez votre cardiologue, faites-vous tatouer le nom de votre gynécologue! Ils méritent autant d’attention, même plus que moi.

Et si vous pensez que ça, c’est la chose la plus « fuckée » que j’ai vécue, vous n’avez encore rien vu…

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

MONTRÉALAIS MALGRÉ MOI