Exclusif web

TRENCHERS DÉVOILE SES EXPÉDITIONS EN FORMULE VIP

Rédactrice en chef Nathacha Gilbert
Interviewé Benoit St-Hilaire
Crédit photo Courtoisie Trenchers
Partager

L'ÉVÈNEMENT SE TIENDRA LE VENDREDI 2 NOVEMBRE À QUÉBEC

IL Y A DE CES ENTREPRISES QUI NAISSENT D’UNE PASSION ET IL Y EN A D’AUTRES QUI SONT MISES SUR PIED PAR UN GROUPE D’AMIS RÊVANT D’UN PROJET COMMUN. PARFOIS, C’EST PAR UN HEUREUX HASARD QUE CES DEUX GROUPES SE RENCONTRENT ET ON VOIT DONC LA CRÉATION DE COMPAGNIE COMME TRENCHERS. DES GARS DE QUÉBEC QUI SONT PASSIONNÉS DE MULTIMÉDIA ET DE MOTONEIGE HORS-PISTE… LES GARS ORGANISENT UN ÉVÈNEMENT LA SEMAINE PROCHAINE ET TOUS LES AMOUREUX DE LA SLED SONT INVITÉS À SE JOINDRE À EUX!

ENTRETIEN AVEC BENOIT ST-HILAIRE, ASSOCIÉ ET « RIDERS » CHEZ TRENCHERS.

Benoit, explique-moi un peu les débuts de Trenchers. Je comprends que ça s’est fait un peu « tout seul », dans le sens où vous êtes trois passionnés qui avez commencé à faire des vidéos un peu pour le fun de vos « rides » de motoneige hors-piste. C’est ça? Oui, c’est un peu ça. Comme je travaille dans une agence web/vidéo, j’ai lancé sur un coup de tête à mon associé : « Viendrais-tu filmer un trip de motoneige dans les monts Groulx? Ça nous ferait aussi une belle réalisation pour notre portfolio. » Ensuite, l’automne suivant, nous avons publié cette vidéo sur la page Facebook de notre agence, Unik Média. Vu l’ampleur et les commentaires positifs que nous avons reçus, nous avons décidé de nous lancer et de créer Trenchers, qui serait tout simplement une gang de chums qui filment leurs expéditions pour le plaisir.

Rapidement, Trenchers semble avoir pris pas mal d’ampleur comme tu dis. Vos vidéos ont commencé à avoir du succès sur les réseaux sociaux. Comment ça a déboulé dans votre tête ce projet-là? L’objectif initial était de faire ça pour le plaisir, pour créer une communauté, un « brand » et pour donner le goût aux gens de visiter les mêmes places que nous. Rapidement, des opportunités se sont présentées et nous avons décidé d’y investir un peu plus de temps que de faire ça simplement pour le plaisir. Le succès du lancement de notre premier produit nous a réellement ouvert les yeux sur le potentiel que l’on avait entre les mains.

Justement, en parallèle, vous avez commencé à concevoir et à fabriquer des tables. Peux-tu m’en dire un peu plus là-dessus? Nous avons débuté avec le lancement des tables de suspension 39 pour Polaris PRO RMK. L’objectif de ce produit est de corriger une faiblesse sur la machine. Les tables d’origine plient trop facilement pour le type d’utilisation que nous en faisons. Par la suite sont venus d’autres kits (36) qui aident également à la maniabilité de la machine. Nous sommes maintenant en mesure d’offrir des kits de tables pour tous les grands fabricants : Polaris, BRP et Arctic Cat. Notre gamme de produits s’élargit également avec l’arrivée des pare-chocs. Nous avons aussi encore quelques surprises pour cette saison…

On me disait que vous vendiez vos tables jusqu’au Groenland et au Yukon. C’est particulier quand même! Effectivement, je crois que c’est en grande partie grâce à notre volet vidéo. Nos expéditions vidéo sont vues à travers le monde. Les gens remarquent la qualité de nos réalisations et voient également le « feedback » des clients. Ils n’ont pas peur d’essayer nos produits.

Trenchers fête son deuxième anniversaire, je crois, cette année. Où en est l’entreprise après deux ans de création? Les choses avancent vite! Nous lançons notre premier événement le 2 novembre. Nous espérons avoir entre 150-200 personnes pour une première édition. Nous comptons grossir l’évènement d’année en année pour que ça devienne le party des passionnés de motoneige au Québec. Pour les produits, nous sommes en pleine production actuellement et notre promotion de septembre a déjà engendré le double des commandes de l’année dernière.

Vos expéditions sont extrêmement populaires sur Internet. Cette année, vous vous êtes rendus à Whistler et au Wyoming, en plus du Massif du Sud. Parle-moi un peu des différences entre ces trois expéditions-là que vous avez faites l’hiver dernier… Premièrement, l’Ouest canadien est presque rendu un « must » pour nous. Nous avons un bon ami là-bas (Christian Gagnon) qui nous amène dans des spots incroyables. Les gens sont sympathiques, les paysages à couper le souffle et le « riding » vaut le « road trip ». Pour le Wyoming, nous en avions toujours entendu parler et faire la boucle par les États-Unis ne nous rallongeait pas beaucoup, donc après Whistler, nous sommes allés à Alpine, Wyoming, pour la deuxième expédition. Aucun regret! Les conditions de neige étaient encore plus favorables qu’à Whistler cette année. Les spots techniques dans les arbres sont à perte de vue et le set-up de chalet était parfait. Le Massif du Sud est probablement l’un des plus beaux spots près de Québec. Il y a un microclimat qui fait en sorte que la quantité de neige qui y tombe est impressionnante.

Vous semblez être très attachés envers le Massif. C’est là que tout a commencé pour vous, de ce que j’en comprends? Effectivement! Mes parents y ont un chalet et c’est un peu comme notre spot de prédilection. Nous avons appris à « rider » à cet endroit et c’est très pratique pour nous, car nous connaissons très bien les montages.

Et j’aimerais ça que tu me parles des « riders ». Tu es l’un des trois. Quels sont vos backgrounds? Pour ma part, j’ai toujours eu une machine à moteur entre les mains. À 3-4 ans, je faisais du VTT à l’entrepôt de mon père pendant qu’il réparait ses motoneiges. Les weekends, j’étais directement assis en avant de lui et nous faisions 200-300 km par jour. À 14 ans j’ai commencé à conduire seul et à les accompagner. J’ai également fait beaucoup de courses de VTT entre 14 et 19 ans. La motoneige hors-piste est arrivée quand j’ai arrêté les courses de VTT, car il me fallait encore l’adrénaline que me procuraient les courses. Disons qu’une fois que tu goûtes au hors-piste, tu retournes très rarement te promener dans les sentiers! Guillaume Maheu est un des trois « riders ». Je l’ai connu directement aux courses de VTT. Nous étions dans les mêmes catégories. Nous nous sommes perdus de vue quelques années et en voyant ses photos de motoneige hors-piste sur Facebook, je l’ai invité au Massif du Sud. Et, depuis ce temps, on « ride » 90 % du temps ensemble. Pour finir, Maxime Blouin est un ami d’école qui a plus un background de courses automobiles. Au début, je n’avais pas beaucoup d’amis qui avaient des motoneiges hors-piste et Dieu seul sait qu’il ne faut pas en faire seul. Le frère de Maxime en avait une et laissait Maxime l’emprunter au besoin. Nous avons donc commencé tous les deux au Massif du Sud à se garocher en dehors des sentiers et à rester pris d’innombrables fois. Nous avons réellement fait nos dents ensemble et on en a pelleté un bon coup!

Ceci dit, vos plus récentes vidéos seront éventuellement publiées sur Internet et sur les réseaux sociaux, mais les passionnés auront la chance de les voir en exclusivité au début du mois de novembre dans l’évènement que vous avez créé. Ça faisait longtemps que vous pensiez faire ce genre d’évènement-là? L’idée est venue de Guillaume Lacombe, caméraman et producteur chez Trenchers. Nous ne voulions pas faire ce genre d’évènements au début. Maintenant que nos vidéos sont de plus en plus visionnées et que nous avons de plus en plus de clients qui achètent nos produits, nous avons convenu que le « timing » était bon. Nous espérons que l’évènement devienne un incontournable chaque année.

[Participez au concours exclusif SUMMUM juste ici – se termine le 26 octobre 2018 à 23h59]

À quoi les curieux pourront-ils s’attendre exactement? Premièrement, nous aimerions que notre évènement soit une réussite et conserve les mêmes standards de qualité que nous sommes habitués de livrer. Nous avons donc impliqué nos commanditaires pour offrir de beaux prix de présence aux participants. Nous aurons facilement plus de 2500 $ en prix à faire tirer. Pour le reste, nous comptons présenter nos expéditions vidéo de 2017-2018 et possiblement quelques séquences inédites qui en feront rire plusieurs.

Puis j’imagine qu’à peine les vidéos terminées, vous commencez déjà à penser à l’hiver qui vient. Vous pensez partir dans quels coins de pays, cette année, pour vos expéditions? Cette année, nous avons encore un œil sur les États-Unis. Il reste de très belles places à explorer. Peut-être que nous irons encore faire un petit détour dans l’Ouest canadien, mais possiblement plus à Revolstoke, l’un des spots les plus connus au monde. Nous voulons aussi nous réserver un tournage dans les Chic-Chocs, car nous avons toujours été malchanceux quant aux conditions lors de nos passages à cet endroit dans les dernières années.

Quels sont les plans d’expansion pour Trenchers? Où pensez-vous être dans les cinq prochaines années? Nous sommes en train de négocier des ententes avec Kimpex pour être distribué dans plus de 1000 « dealers » au Canada et aux États-Unis. Nous voulons aussi élargir notre gamme de produits tout en conservant la même qualité. Nous espérons, d’ici cinq ans, être LA référence en motoneige hors-piste au Canada, et ce, dans nos deux créneaux : la fabrication de pièces de motoneige hors-piste et la conception de contenus multimédias pour les réseaux sociaux (photos et vidéos).

LIENS COMPLETS POUR SUIVRE TRENCHERS

FACEBOOK | INSTAGRAM | SITE WEB

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

SAINT-VALENTIN