Archive

Andréane Chamberland

Photographe Andréane Chamberland
Partager

De la beauté « girl next door » à la reine du Web

Phénomène hyper grandissant aux États-Unis, ce n’était qu’une question de temps avant que les Instababes, ces super belles filles aux corps de rêve et aux atouts bien présents, explosent ici, au Québec. Il suffit qu’une belle fille publie des photos d’elle dans des positions suggestives, des paysages paradisiaques ou dans un accoutrement bien révélateur sur les réseaux sociaux et le tour est joué; la course aux « likes » commence et plus il y en a… plus cela devient payant!

 On explore ici le phénomène de ces reines du Web en compagnie d’Andréane Chamberland, un modèle originaire du Québec qui a pris part à de nombreux contrats de photos – notamment chez SUMMUM – lors des dernières années. Andréane, également connu sous le nom d’Andréane C., est notamment sur le point d’atteindre le demi-million d’abonnés sur son compte Instagram.

Vedette instantanée

Certaines Instababes ont surtout été remarquées grâce à leur passage dans diverses émissions de télévision ici ou ailleurs, et c’est également le cas pour Andréane.

Andréane, tu as été à deux doigts de faire ton entrée dans les maisons des célibataires d’Occupation double en Californie il y a quelques années. Comment as-tu vécu ça, toi, de ton côté? Sur le coup, je ne l’ai pas très bien pris, mais, par la suite, je me suis dit que c’était mieux comme ça et, au final, j’ai presque fait autant parler [de moi]. (Rires) Cette année-là, c’était plutôt étrange comme tapis rouge; on entrait par deux et ceux qui choisissaient, s’ils ne prenaient pas les trois premiers couples, les couples numéro 4 et 5 entraient automatiquement… Bref, pas eu de chance.

En 2016, tu as atterri dans la téléréalité de nos cousins français, Les AngesCe sont eux qui m’ont contactée et je me suis dit : « Pourquoi pas? » J’avais déjà entendu parler de cette téléréalité par un de mes amis français qui m’avait dit : « Je ne ferais jamais de téléréalité, mais si j’avais à en faire une, ce serait Les Anges. » C’était une opportunité, et je l’ai saisie.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ton passage aux Anges n’est pas passé inaperçu! Effectivement, ç’a fait énormément jaser pour deux choses. Premièrement, c’est qu’une autre candidate et moi avons été le premier couple lesbien de la téléréalité française; l’image de nous deux qui s’embrassaient était dans le générique, donc tous les gens attendaient CE moment, ce qui a fait ÉNORMÉMENT jaser. Et deuxièmement, je suis une fille avec zéro méchanceté, je ne cherche pas le trouble; les Français ont tout qu’un caractère et, dans cette émission, les gens cherchent à exister et ils s’en prennent toujours aux anges anonymes (ceux qui n’ont jamais fait de télé avant, car eux ils en ont tous fait). Il y avait beaucoup de jalousie du côté des filles, et j’ai été le souffre-douleur, mais l’important c’est que je n’ai pas eu une mauvaise image auprès du public. Au contraire, certaines personnes me disaient que s’ils avaient pu entrer dans la télé pour me défendre, elles l’auraient fait tellement ça les enrageait. J’avais sincèrement l’impression d’être enfermée dans un asile tellement ils étaient fous… et folles! (Rires)

(Lire l’article complet dans l’édition #157 août 2018 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

Autumn Faherty