Archive

Lindsey Pelas

Partager

Une véritable « bombe » d’énergie!

Quand on a vu les photos de Lindsey Pelas, on est tombé en bas de notre chaise! Wow, quelle femme! Et c’est pour cette raison qu’on a décidé de vous la présenter ce mois-ci. Cette déesse nous vient directement de la Californie et, en plus d’être belle comme un cœur, elle a un corps à faire rêver et un esprit pas mal allumé! En plus, Lindsey a accepté de répondre à nos questions; quoi demander de mieux?

Bonjour Lindsey! C’est un honneur et un plaisir de proposer tes photos dans notre édition de mai. Comment vas-tu? Merci! Je vais très bien, en fait!

Lindsey, il me semble que l’une des principales raisons (parmi plusieurs, bien sûr) qui fait que tu es maintenant une personnalité publique est que tes photos ont été publiées dans le magazine Playboy il y a une couple d’années. Comment ce projet est-il venu sur la table? C’était, en fait, il y a cinq ans! (Rires) On dirait que ça fait si longtemps… J’ai vu passer un casting et, justement, être publiée dans Playboy était sur ma bucket list. Alors voilà!

Peux-tu me dire ce qui a changé, dans ta vie, depuis ce temps? Je pense que c’est ce qui a marqué mes débuts dans l’univers du modeling glamour. Ces expériences de réseautage m’ont grandement aidée à me rendre où je suis aujourd’hui.

Si on jette un coup d’œil à ton profil Instagram, on peut facilement voir que ta popularité croît sans cesse et devient de plus en plus importante chaque jour. Qu’est-ce que ça fait d’avoir 7 millions de personnes qui nous suivent quotidiennement sur les réseaux sociaux? C’est vraiment flatteur! Je suis très heureuse d’être connectée avec autant de gens et autant de parties du monde en même temps!

Est-ce que 7 millions de personnes c’est suffisant pour que les gens te reconnaissent dans la rue? Définitivement! Je me fais arrêter constamment et c’est vraiment agréable!

Peux-tu nous dire comment et quand ta carrière de mannequin a commencé? J’ai déménagé à Los Angeles après avoir obtenu mon diplôme en histoire il y a trois ans. À cette époque, Instagram et les réseaux sociaux étaient si « nouveaux » alors je publiais des selfies de façon régulière. Les photographes ont commencé à m’approcher pour faire des shootings photo et j’ai fini par faire une vidéo virale où je courais en slow motion. (Rires) Toutes ces situations combinées m’ont fait atteindre le million de followers en seulement six semaines.

Ne le prends pas mal, Lindsey, mais j’ai un peu l’impression que tu es aussi très connue à cause de ta… poitrine? Premièrement, parce que tu as une « bonne » poitrine naturelle, ce qui est assez rare et surprenant dans l’univers du modeling d’aujourd’hui et, deuxièmement, parce que tu es sortie publiquement dans les médias en raison de la douleur causée par ta poitrine. Je me trompe? Ce n’est un secret pour personne : j’ai une énorme poitrine! En fait, c’est un 32DDD naturel que j’ai, ce qui veut dire que j’ai vraiment une petite ossature, mais des courbes très volumineuses. C’est définitivement unique et quelque chose que les gens ne voient pas souvent. Étonnamment, ça m’a surtout aidée à me différencier des autres modèles dans l’industrie.

Quand t’es-tu rendu compte que ta poitrine était plus grosse que celles de tes amies? Au secondaire, j’imagine… Les gens en faisaient tout un cas d’ailleurs.

Dans un article, je lisais que pour soulager ta douleur, tu avais des trucs : recevoir beaucoup de massages, faire beaucoup d’étirements et dormir dans un bon lit. Ça ne semble pas amusant du tout, cette douleur! (Rires) Je pense que ça fait juste partie de ma vie maintenant. Je ne dois pas être la seule personne qui reçoit des massages ici et là! (Rires)

CE N’EST UN SECRET POUR PERSONNE
J’AI UNE ÉNORME POITRINE!

Tu as même fait partie d’un show télé, The Doctors, je crois, où tu recevais une consultation pour savoir d’où venait la douleur ressentie à cause de ta poitrine. Les médecins t’ont dit que ce n’était pas en raison des 11 livres de poitrine que tu avais, mais qu’elle était davantage causée par les poses que tu dois prendre en tant que mannequin et par tes nombreux voyages. Ce diagnostic t’a-t-il satisfaite? Honnêtement, le diagnostic m’importait peu. J’ai juste toujours été curieuse de savoir si les femmes ayant une grosse poitrine souffraient davantage de douleurs au dos que les autres ou si ce n’était que moi.

Est-ce que tu as déjà pensé à une réduction mammaire? Non.

Assez parlé de ta poitrine. Parle-moi plus de toi : qui es-tu?  Je suis une fille du Sud assez terre à terre. J’aime accomplir mes buts, mes amis, ma famille et mon chien, Tosh.

Quel genre de filles es-tu? J’ai un esprit très vif et je suis ambitieuse, loyale et j’ai un bon cœur. Je ne me laisse VRAIMENT pas marcher sur les pieds.

Excluant ta carrière de modèle, as-tu un autre boulot ou occupation? Je pense que ma version du modeling est un petit peu plus extrême que le sens traditionnel. Je crée du contenu et des publicités, fais de l’editing, façonne et gère des shootings photo, je négocie, produis, publie et vends un calendrier de maillots annuel qui a énormément de succès. Je suis également engagée pour donner des conférences sur les réseaux sociaux et l’âge du marketing numérique. Je vais aussi lancer une gamme de produits pour la peau pour hommes cette année.

Tu voyages énormément – comme on l’a mentionné plus tôt – en raison de tes nombreux shootings photo. Quels sont les plus beaux endroits que tu as vus autour du monde depuis que tu as commencé ta carrière? Faire un photoshoot dans un château situé dans le sud du pays de Galles était l’une des choses les plus cool que j’ai faites! Tulum, Mexico et la Grèce étaient aussi magnifiques.

Es-tu déjà passé par Montréal ou Toronto dans les dernières années? Oui! Je suis venue à Montréal pour le Grand Prix il y a environ cinq ans.

Et la question la plus importante de toutes : es-tu célibataire ou as-tu trouvé l’homme de tes rêves? Je vois quelqu’un présentement, mais je n’ai pas de plans de mariage pour l’instant!

Qu’est-ce que tu fais quand tu ne travailles pas? Je regarde la télé et je mange de la junk, bien sûr! (Rires)

Quel est l’objet le plus étrange que je pourrais trouver dans ton sac à main? Oh mon Dieu! Vous n’allez pas me croire. Je suis allée à Mykonos (une petite île en Grèce) avec des amis et quand nous étions dans une boutique de souvenirs, j’ai trouvé de petits porte-clés en bois, peints… en forme de pénis! Mes amies en ont toutes un et c’est comme un peu notre version des bracelets d’amitié! N’est-ce pas hilarant que je traîne avec moi un tout petit pénis en bois? (Rires)

Je t’offre de réaliser trois vœux. Quels sont-ils? C’est si difficile! J’imagine que j’opterais pour la paix dans le monde, aussi cliché soit-il. Je voudrais que tous mes rêves deviennent réalité, pas nécessairement dans l’immédiat, mais je voudrais une garantie qu’ils le soient. Et je donnerais probablement le troisième à quelqu’un d’autre.

Dis-moi une chose pour laquelle tu pourrais mourir. Un enfant ou mon chien.

Et quelque chose pour laquelle tu serais prête à tuer. Pour n’importe qui dans le besoin.

Te considères-tu comme une femme sensuelle? Définitivement!

Peux-tu me décrire le jour le plus heureux de ta vie? J’espère que je ne l’ai pas encore vécu! J’imagine le jour le plus heureux de ma vie où je suis dans une belle maison que je possède, entourée de mes amis et de ma famille dont je prends soin à célébrer nos nombreux succès. (Rires)

Dis-moi quelque chose que tu voudrais absolument faire avant de mourir. J’aimerais être une icône, un jour. Ce serait suffisant!

Pour conclure, peux-tu me faire une révélation sexy à ton sujet? Je suis vraiment intelligente, autonome et je parais vraiment bien sans maquillage! (Rires)

Partager

Recommandés pour vous