Archive

BARBERSHOPS : UNE HISTOIRE DE RASOIR

Chroniqueur Michael Thibault
Partager

Pour gentlemen avertis

Avec un boom généralisé pour la barbe depuis le début des années 2010, la popularité pour les soins des poils faciaux a connu une forte croissance un peu partout sur la planète et le Québec n’est pas passé à côté de cette tendance. Avec des dizaines de salons de barbier ayant vu le jour à travers la province, on s’est dit que ça pouvait être bon de jeter un coup d’œil sur l’un des plus vieux métiers du monde.

Si vous êtes comme nous, il y a cinq ans, vous preniez sûrement votre rendez-vous chez la coiffeuse; c’était ainsi intégré dans votre routine. Toutes les quatre, cinq ou six semaines, c’était sensiblement la même chose. Un samedi matin, c’était : « Coucou Caroline! (Deux becs) V’là 20 piastres pis on se revoit dans un mois! »

 

Tranquillement pas vite, vous avez vu des salons de barbier ouvrir leurs portes dans votre quartier. Wow! Vous avez l’impression de revenir à l’époque de votre première coupe de cheveux avec votre grand-père (si vous avez 30 ans et plus, votre première coupe de cheveux était OBLIGATOIREMENT chez le barbier de votre grand-père!). Vous étiez intrigué. Et les commentaires et références sont arrivés à vos oreilles.

 

Vos collègues de travail et bientôt vos frères ont commencé à délaisser leur coiffeuse des 10 ou 15 dernières années pour aller se faire trimer chez le barbier. Quelques années plus tard, demandez à vos amis s’ils retourneraient à leurs anciennes habitudes capillaires… On est prêt à mettre un vieux 2 $ en papier au feu que non!

(À lire dans l’édition #158 septembre/octobre 2018 – en kiosque le 31 août 2018)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

LA LIBERTÉ D’EXPRESSION