Archive

BONS COUPS – MAUVAIS COUPS

Chroniqueur Guillaume Pineault
Photographe Sarah Dagenais
Partager

Foncièrement, je pense que je suis un bon gars. Premièrement, parce que j’utilise le mot foncièrement! Secondement, parce que j’ai le cœur sur la main, j’aide mon prochain et j’essaye d’écouter les autres, même si je pars dans la lune après une minute. Mais le 1er avril, j’me donne le droit d’être taquin. Par taquin, j’insinue être un peu un tas de marde. Ah oui, j’ai dit le 1er avril, mais c’est un peu tout le temps.

L’ami de Kijiji

Séries éliminatoires 2010. Halak est en feu. On scande même qu’il nous amènera HALA-Koupe Stantley (ouais, on remercie Jean Perron). Je cherche des billets pour le 6e match contre Washington. Kijiji, ton meilleur ami, le nid des scalpers amateurs!

Section 321 gris : normalement 100 $ le billet
Prix Kijiji des séries : 400 $
Prix offert : 250 $
Profit net : 150 $

Message ajouté à l’offre : Je peux me déplacer pour aller les chercher, réécris-moi si cela t’intéresse.

Réponse du vendeur : Hey le casse, je ne négocie pas, je suis dans les prix!
Moi : Hum, ben le prix est sur le billet, soit 100 $. Mais si jamais tu es INTÉRESSÉ, je peux monter à 300 $, réécris-moi dans le cas où ça te conviendrait.
Vendeur : Qu’est-ce que tu comprends pas, crisse de tapette, dans « je ne baisserai pas mon prix »?
Moi : Je réponds : « Toi, criss d’hétéro (j’imagine que c’est insultant), qu’est-ce que tu ne comprends pas dans ‘’réécris-moi SI TU ES INTÉRESSÉ?’’ »
Vendeur : Tu me cherches, crisse de fif?
Moi : Non, je cherche des billets à prix raisonnable! (Pis c’est quoi cette insinuation d’orientation à chaque fois?)
Vendeur : Tu gosses en tab***, si ça te tente de te faire péter la yeule, continue de même!
Moi : Pis mettons que ça me tente, c’est-tu autant over price que tes billets, où c’est abordable?

(Ouais, moi, lorsque je suis derrière mon écran, j’ai le courage de Hulk.)s

Vendeur : T’es un petit baveux, si tu veux te faire arranger la face, je suis disponible entre 17 h et 21 h…
Moi : OK, OK, ça roule tes affaires, j’dois prendre rendez-vous!

Et il me donne son adresse à la fin… (Ha, mais non… ne me donne pas ton adresse.)

Haaaaa, Monsieur X de Varennes, j’ai votre adresse, j’ai votre email, j’ai votre numéro de téléphone et j’ai surtout VRAIMENT BEAUCOUP de temps à perdre pour être passif agressif!

Cette soirée-là, je n’ai pas acheté de billets de hockey. Ma soirée, je l’ai passée à abonner mon nouveau chum de Varennes à différents sites de rencontres, notamment : Grindr, Badoo et Tinder section Homme cherchant Homme, avec sa photo de profil Facebook. Il est aussi abonné à Enlarge your penis, et des sites de porn weird avec gros fruit… du genre AnalNa.com ou Ananus.com. Ha oui! Et tant qu’à avoir son adresse, j’en ai profité pour aller chez lui la nuit, coller sur son bumper arrière de char un collant arc-en-ciel en support à la fierté gai (il m’en restait des Outgames).

La guerre des colocs

J’pense que j’étais un mauvais coloc. Bon, je ne suis pas méchant, j’ai toujours payé ma partie du loyer et je n’ai jamais volé rien à personne. Mais, en même temps, j’ai quand même volé beaucoup de temps et de patience à mes colocs, en fait! Être un de mes colocs, j’pense je me serais péter la yeule!

T’sais l’université, cette période pour s’instruire sur des bancs d’école et s’abrutir en appartement. Oh, qu’on s’est maltraités amicalement. Dès le début, au déménagement d’arrivée à Montréal. Trois gars, 23 ans, pas d’argent, tu t’occupes comme tu peux. Première nuit, on avait empilé en pyramide les boîtes vidées du déménagement et les avaient poussées sur la porte du coloc no 1 de façon à ce qu’elles lui tombent dans la face en ouvrant sa porte le lendemain matin. C’est soft.

S’ensuit une escalade rapide. Passant du beurre de peanuts sur la poignée du fridge, au Saran Wrap à la hauteur de ta face dans le cadrage, à l’eau dans le corridor pour mouiller les bas.

Un matin, je me réveille, je n’ai qu’un seul soulier… ce matin-là de novembre, je suis allé à l’école en pantoufles. J’avais l’air distingué. Le soir de la vengeance, j’ai opté pour un classique : inverse les matelas de bord avec le box spring du coloc no 2. Par contre, j’avais aussi inversé le mien dans ma chambre. Ha! Ha! Machiavel est dans la place : « Diviser pour mieux régner. » Cette soirée-là, convaincus qu’on était les deux des victimes, j’avais mis de mon bord le coloc no 2 pour mieux faire chier le coloc no 1.

On a « brainstormé », élaboré un plan et mis à exécution ce dernier. On a dévissé la pomme de douche, mis des cubes de bouillon de poulet et revissé la pomme. Calcule ça comme tu veux, une fois l’eau chaude activée, lors de la douche, les cheveux deviennent gras et tu sens le St-Hubert pour une semaine… Ha oui, j’oubliais, on avait mis du « lub » dans sa bouteille de shampooing, question que ça ne se rince pas trop bien.

Cette journée-là, j’ai entendu le plus de sacres de ma vie venant d’une seule et même personne. Cette semaine-là, la tension était palpable. Cette année-là, on n’a pas resigné le bail!

Petit poisson d’avril rapide (gentil ou pas)

– Monter le chauffage de la chambre de quelqu’un.

– Enrober une voiture de papier de toilette.

– Changer le savon à vaisselle par du savon à linge (plancher flottant s’abstenir).

– Faire tenir le porte-poussière plein en équilibre sur la porte de chambre de quelqu’un qui prend sa douche. Lorsqu’il sort, encore un peu mouillé et rentre dans sa chambre le résultat est magnifique.

– Peser sur tous les boutons d’ascenseur.

– Pour ta blonde : farine dans séchoir.

– Pour ton chum : farine dans les trappes d’air de son char.

– Changer le sucre pour du sel.

– Changer le sirop d’érable pour de l’huile d’olive.

– Plus fâché, tu peux mettre de la Crazy Glue dans les whipers du char d’un ennemi.

– Enlever les étiquettes des boîtes de conserve.

– Un petit coup de clipper dans la tête d’un ami qui dort, ou qui est passed-out.

– Ajouter des alarmes ou des rendez-vous loufoques dans le calendrier d’un cell débarré à un ami.

– Mettre des chats à donner sur Kijiji avec le numéro d’un ami ou d’un gars qui vend des billets de hockey trop cher!

À ne plus faire

– Lorsque quelqu’un qui te fait confiance te demande, en pilant sur son orgueil, d’arrêter sur le bord de l’autoroute pour faire un numéro 2 et d’utiliser le bord de la voiture comme écran protecteur… n’avance pas d’une vingtaine de mètres en filmant.

– À six ans, se faire flotter à l’envers dans le bain, pour faire une blague à sa mère quand elle vient nous chercher. Apparemment que ce n’est vraiment pas drôle.

– Dans un déménagement, tout le monde finit par mettre des trucs dans des sacs de vidanges pour faciliter le transport (ex : linge, couvertures, objets pêle-mêle). Ne pas rajouter un vrai sac rempli de vidange. Certaines personnes ne « dépaquettent » pas au même rythme, d’autres déposent ça dans leur garde-robe pour des mois.

(Article publié dans l’édition #146 avril 2017 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

DIALOGUE AVEC UN VENDEUR DE LITS