Archive

Et si le Oui l’avait emporté

Chroniqueur Jean-Christophe Noël
Partager

JOURNAL DE BORD

Je me nomme Jean Tremblay, mais en l’an 2207, on le prononce désormais Giiine Trâââmeblââyyy. Je suis historien et l’heure est au bilan. Quand un animal en voie d’extinction disparaît de la surface de la Terre, les biologistes se concertent et essaient d’expliquer le phénomène. En tant qu’historien, je suis une sorte de biologiste de l’humain. J’essaie, à travers l’histoire, de comprendre leurs mécanismes intérieurs, leurs rouages. Je les décortique temporellement et je tente de cibler leurs faux pas, les menant à leur sort. Avant de quitter, il est de mon devoir de faire le point sur ce moment de l’Histoire qui a marqué à tout jamais notre pays…

30 octobre 1995, 17 h
Les Québécois, dans leur chaumière respective, sont réunis devant leur petit écran. Accompagnés d’un RC Cola température pièce et d’un sac de crottes au fromage bien tachantes, ils attendent le résultat historique de ce projet de loi déposé par Jacques Parizeau qui ferait du Québec un État indépendant. Ce deuxième référendum se voulait la suite logique du premier projet déposé par René Lévesque en 1980.

 

30 octobre 1995, 22 h 20
Avec un taux de participation record de 93,52 %, la population du Québec s’est exprimée. Nous habituant à de faibles taux de participation, les élections témoignent souvent du désengagement commun face à la politique. Ce ne fut pas le cas cette fois-ci et les Québécois se sont déplacés, détenant leur destinée entre les mains. Les boîtes de scrutin ont été rassemblées, décomptées, et Bernard Derome, fidèle au poste, a informé la masse quant à son avenir identitaire : « À 22 h 20, heure de l’Est, majoritaire par 54 288 voix, l’option du OUI l’emporte. Mesdames et messieurs, le Québec est maintenant un pays. » Fort de sa victoire et de quelques gin tonic, Jacques Parizeau a pris le micro et a énoncé ce qui est devenu une des phrases les plus célèbres de son legs : « Au fond, malgré l’argent et le vote ethnique, nous avons vaincu. »

(Lire l’article complet dans l’édition #165 août/septembre 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

Après les microbrasseries et le gin made in Québec