En kiosque

« Je m’appelle Bond. James Bond. »

Chroniqueur Patrick Marleau
Partager

Au printemps 2020, le comédien Daniel Craig, qui incarne le célèbre agent secret britannique depuis 2006, tirera vraisemblablement sa révérence avec la sortie du 25e film de la série, Mourir peut attendre. Retour sur un phénomène culturel qui perdure depuis près de 60 ans et qui se hisse au 4e rang des franchises les plus lucratives de l’histoire cinématographique après Marvel, Star Wars et Harry Potter.

 

 

La naissance du parfait héros pour la Guerre froide

C’est à Ian Fleming, un ancien officier du renseignement naval britannique, que l’on doit James Bond. L’auteur baptise son personnage en l’honneur d’un ornithologue américain dont il détenait un exemplaire du guide sur les oiseaux exotiques – l’une de ses grandes passions. Son premier roman, Casino Royale, est publié en 1953 et il obtient un énorme succès dès sa sortie. Décédé subitement d’un malaise cardiaque en 1964, Fleming écrira en tout 12 romans et 2 recueils de nouvelles avant que d’autres auteurs poursuivent son œuvre.

SUGGESTIONS

Est-ce par manque d’imagination ou par manque de goût que personne n’a jamais osé le combo popcorn-vodka martini devant une douce vue d’action? L’effort fut douloureux, mais nous vous soumettons cette idée de gueuleton, à déguster devant des James Bond de bonne cuvée. Dont voici une liste de.

From Russia With Love (1963)

Probablement la plus réaliste et politique des aventures de James Bond. Ce deuxième film de la série possède une intrigue solide qui voit l’agent 007 se déplacer en Turquie afin d’aider une employée de l’ambassade soviétique passée à l’Ouest. Bond croise également la route d’un redoutable assassin à la solde de SPECTRE. L’un des romans préférés du président John F. Kennedy, celui-ci a eu la chance de visionner le film la veille de son assassinat.

Goldfinger (1964)

Le film qui a fait de Sean Connery une vedette et de la franchise un phénomène mondial. Bond enquête sur un contrebandier qui cherche à attaquer la réserve d’or de Fort Knox. L’intrigue se déroule en grande partie en sol nord-américain – une première -, ce qui explique en bonne partie son succès aux États-Unis. Goldfinger offre également un méchant coloré et l’une des plus populaires « Bond girl », Pussy Galore. À noter aussi l’excellente trame sonore du compositeur John Barry.

Thunderball (1965)

Dans cette aventure, Bond est envoyé en mission aux Bahamas afin de retrouver deux ogives nucléaires dérobées par l’organisation terroriste SPECTRE. Quatrième production de la série, Thunderball héritait d’un budget supérieur aux trois premiers films combinés! Et ça se voit à l’écran avec des scènes d’action audacieuses pour l’époque – une grande partie d’entre elles se déroulent sous l’eau – et des décors à faire rêver situés dans cet archipel paradisiaque.

 

(Lire l’article complet dans l’édition #168 février/mars 2020 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
En kiosque

L'univers des MMO