En kiosque

« Kidnappeur » malgré moi

Chroniqueur Alex Roof
Photographe Franca Perrotto
Partager

Un samedi gris d’octobre, ma copine et moi revenions de magasiner des fers plats. Si vous vous fiez à ma coupe de cheveux, je sais que ce n’est pas clair si ce magasinage était pour elle ou pour moi. Bref, ceci n’est vraiment pas important pour l’anecdote qui suit. Mais puisque je suis payé par SUMMUM au nombre de mots écrits dans ma chronique, j’ajoute parfois des informations inutiles afin d’avoir un plus gros chèque à la fin du mois.

Revenons au sujet principal : ma copine et moi étions sur la route de retour vers la maison alors qu’une envie s’empara de nous à quelques sorties d’autoroute avant la nôtre. Je ne parle pas ici d’une envie d’uriner : je parle d’une envie sexuelle qui nous a traversé le corps au grand complet.

Crédit photo : Franca Perrotto – www.francaperrotto.com

Je ne veux pas être trop vulgaire dans ma chronique, donc je vais utiliser des mots non-obscènes lorsqu’il s’agira de termes à caractère sexuel, un peu comme lorsque vous avez une conversation devant des enfants et que vous ne voulez pas qu’ils comprennent ce que vous dites. Ce sera notre code entre vous et moi, chers lecteurs et chères lectrices. J’aurais pu écrire « cher(es) » mais tel que dit plus tôt, je suis payé au mot.

Je conduis tout bonnement ma voiture et je remarque que ma copine est en jupe. C’est alors que j’y vois une belle occasion pour réchauffer mes doigts dans son sac magique.

(Lire l’article complet dans l’édition #167 décembre/janvier 2020 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
En kiosque

Mononc’ Serge