Archive

La magie signée Tim Burton

Chroniqueur Jean-Christophe Noël
Partager

Replongez dans les grands classiques de ce réalisateur unique

Noël frappe à nos portes et s’impose comme la neige que tu dois déblayer sur ton bolide enseveli. Qui dit Noël dit les becs humides provenant de la bouche de ta tante Jocelyne, dont la moustache teintée de rouge sent l’atoca fermenté, mais dit aussi la magie du cinéma des Fêtes. Ciné-Cadeau nous sert d’incontournables classiques chaque année qui meublent maintenant nos souvenirs d’enfance. Cet univers douillet dans lequel on se blottit nous réconforte et marque les deux semaines de congé qui nous permettent de jouer au roi de la glisse sans que ça finisse dans le bureau de madame Denise, cette directrice à la plantureuse tétine pleine d’autorité qui a tant gâché notre primaire.

Souvent excessivement accompagnés de ouate et de paparmanes délavées, les films de Noël nous remplissent les yeux de paillettes. Cependant, tous n’ont pas le même regard sur cette période de l’année dans laquelle une deuxième carte de crédit devient un réflexe de survie. C’est le cas de Tim Burton, producteur, réalisateur, scénariste unique, qui colore les ambiances de sa palette nuancée de sombre. N’ajustez pas votre RGB, ce n’est pas lui le coupable.

Beaucoup de gens me demandent à quel moment je ferai, enfin, un film avec des personnes réelles. Mais qu’est-ce que la réalité?

Bercé d’une mélodieuse mélancolie dans The Nightmare Before Christmas, l’aseptisé esprit des Fêtes baigne dans le moribond et traîne dans l’insalubre. Squelettique gentleman, on retrouve en Jack le classique personnage tiraillé entre être ce que l’on attend de lui ou vivre selon ses profondes convictions malgré le malaise social que ça peut créer. Un peu comme quand André Roy a mis un terme à sa carrière de hockeyeur afin de devenir le musicien professionnel que l’on connaît aujourd’hui.

SUGGESTIONS

Tim Burton a ce genre si particulier avec lequel on tombe rapidement sous le charme; on vous présente donc certains films incontournables qu’il a signés, mais on vous suggère au passage des longs métrages qui l’ont inspiré ou, à l’inverse, qui ont inspiré d’autres grands réalisateurs de ce beau monde.

Brazil 

Un des multiples chefs-d’œuvre de Terry Gilliam, ce film demeure d’actualité plus que jamais. Noyés et submergés de bureaucratie, de paperasserie, de « bureaucrasserie », nous ne pouvons que constater la lourdeur du système dans lequel nous vivons. Le fonctionnaire d’aujourd’hui est plus fort que jamais et son avenir est florissant tant et aussi longtemps que les arbres nous fourniront sans consentement la matière première sur laquelle archiver nos futilités. « Avez-vous le laissez-passer A38? »

1985 – SCIENCE-FICTION 

Labyrinth

David Bowie et androgynie vont de concert dans ce film merveilleux et j’y ai découvert qu’un « mauvais » au cinéma pouvait aussi porter du lycra, du maquillage et du fixatif. Cet opus cinématographique regorge de personnages si impressionnants et si captivants que nous aimerions aussi échanger notre enfant trop braillard afin d’aller se perdre entre les murs de ce labyrinthe sans issues à tout jamais et y trouver la paix.

1986 – GENRE : FANTASTIQUE MUSICAL

(Lire l’article complet dans l’édition #160 décembre/janvier 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Exclusif web

OUTGO.COM : ALLEZ AU BOUT DE VOS RÊVES!