Archive

Le gars de char

Photographe Antoine Ryan
Partager

Ah! Le printemps…

Notre Québec se transforme en raveur le lendemain du bal en blanc : il dégèle. La neige se « slushise », l’asphalte se « nid-de-poulise ». Des ruelles émanent de subtils parfums de défécations canines (quand je dis canines, je parle des chiens. C’est pas les dents situées à côté des molaires qui vont chier dans les ruelles).

Et quelle est la passion numéro un des Québécois au printemps? S’écorcher les genoux en faisant du ski en short? Vomir en jets à la cabane à sucre? Grelotter sur une terrasse en se disant : « Si j’cale trois pichets, j’aurai pu frette! » Eh non! Ce sont les bagnoles. Le printemps, c’est la période où on s’achète un char.

Appelez-moi Vin Diesel

Et ça tombe bien parce que j’suis un solide gars de char. À quatre ans, j’me suis gossé une boîte à savon avec une vieille chaise roulante, un moteur de Camaro pis un frisbee. Là tu te dis : « Un frisbee? » Ben oui, pour le volant, c’t’affaire!… Y’en a qui connaisse rien.

Depuis, j’mets de la nitro dans mes cafés. J’me brosse les dents avec un balai à neige. J’me huile le chest à la syntec. J’entends un moteur pis j’peux te dire la marque de char, la vitesse qui roule pis la pointure des souliers du passager.

OK, j’avoue. C’est pas vrai. Je connais rien là-dedans. La seule fois que j’ai « droppé » mon char, c’est quand j’ai pogné un flat. La seule réparation que j’ai faite, c’est remplacer un wiper. Pis même là, y’a fallu que je regarde sur YouTube « How to replace a wiper for dummies » pour être sûr de pas me fourrer.

Chaque fois qu’un mécanicien me parle de mes réparations, j’ai l’impression d’être un enfant de deux ans devant un vendeur de RÉER. J’comprends fuck all. Ça sonne de même : « M’sieur Cyr? Vos coils de driving shaft sont finis. Fait que si on attend trop, le slackerpell va fendre le crankerpissinger, t’sais!»

Dans ce temps-là, je fais comme tout le monde : je camoufle mon ignorance en plaçant habilement des « mmhmmh » pis des « ah ouin, OK » aux bonnes places, question d’avoir l’air du gars qui connaît ça… Je comprends rien du monde de l’auto. Rien. La mécanique comme le reste. Surtout le reste.

Des pubs et du gaz

J’comprends pas les pubs de chars. Y’a des pubs fake. Mais jamais autant que les pubs de chars. Dans une pub, on voit des hispters cool faire le tour du Canada, parce qu’ils ont droit à 24 000 kilomètres par année. Ben oui… 24 000 kilomètres par an, c’est 65 kilomètres par jour. À ce rythme-là, ton tour du Canada va durer plus longtemps que ta location!

J’ai vu une pub qui disait : « Maîtrisez votre destin ». Re-ben oui… À 84 mois de paiements, c’est pas mal toi qui maîtrises mon destin!

J’comprends pas les grades d’essence. Pour un char « normal », tu mets de l’essence « Bronze ». Pour une Porsche, tu mets de l’essence « Or ». Ma question : qui met du gaz argent? Sérieusement. Qui? C’est comme si tu disais à ton auto : « J’te gâte, mais pas trop… Savoure pleinement le 3 et 74 de plus que tu me coûtes à soir, ma belle. »

Roule mon chum

J’comprends pas la vitesse qu’on peut atteindre. Les trois quarts des véhicules « de promenade » se rendent jusqu’à 200 km/h. À cette vitesse-là, on parle pu d’une « promenade ». Et la limite c’est 100. Y’a la moitié de la vitesse qui sert à rien. Verrais-tu ça dans un autre domaine, comme l’immobilier?

L’agent te fait visiter une maison :

« Ça ici, c’est le chauffage central. Et tenez-vous bien : il peut aller jusqu’à… 215 °C! Boom! C’est pratique ça! T’as faim? Tu “pitches” une dinde dans le corridor pis tu mets ça à broil… En hiver, t’ouvres la porte pis ça déneige l’entrée… »

Wouhou! Party!

J’comprends pas les concessionnaires qui décorent avec des balounes pis des bonhommes gonflables. Y’a vraiment plus de ventes à cause de ça? Pour vrai, si t’achètes un char parce que t’as vu un gros bonhomme mou qui se « shake » les bras, permets-moi de douter de ton jugement. Et ça fait de belles discussions rendu chez vous ça :

Bonjour mon amour!
Ben voyons chéri! « Kossé » ça cette auto-là? Combien ç’a coûté?
–  C’t’une Mustang neuve! 900 $ par mois! Pendant 60 mois! Pis c’est 300 $ de gaz par semaine!
… Mais t’es ben mongol!
Hey, j’avais pas le choix! Sur le toit du concessionnaire, y’avait un gros bonhomme mauve qui bougeait comme une fille su’l crack qui fait du twerk!
Ah OK, j’comprends. Pendant une minute, j’pensais que t’étais profondément débile. Mais au final, tu es un fin renard! Je t’aime mon amour! 

Ils vécurent heureux et mangèrent leurs enfants.

L’intérêt d’avoir un char

J’comprends pas les intérêts sur une location. Un vendeur m’a dit : « Ben c’est à cause du prêt… » 

Quel prêt? Y devrait pas en avoir de prêt, tu me loues un produit! Ça t’est tu déjà arrivé de rentrer chez Joe loue tout et que le commis te dise : « Pour la drill, c’est 10 $ par jour, plus 2 % d’intérêts » Non. Pourtant, la drill aussi va subir de l’usure et de la dépréciation.  

C’est ça le principe de la location : j’te donne du cash, tu me prêtes un produit. J’te donne pu de cash, tu reprends ton produit. Pourquoi c’est pas de même avec les chars? Mystère.

Option indispensable

J’comprends pas le « bouton de démarrage ». D’où vient ce besoin? Y’a vraiment quelqu’un qui s’est dit : « Bon. J’ai 3000 options sur mon char. Mais tourner une clé, pu capable. Ça me tue le poignet… Je suis éreinté! »

Me semble qu’on pourrait avoir d’autres options plus utiles. Comme une poubelle. Ça serait l’fun une poubelle, non? J’suis sûr que le premier gars, dans le premier char, un moment donné, y s’est mouché. Après, y tenait son mouchoir en se disant : « Bon. Où j’mettrais ben ça moi… »

Plus de 100 ans plus tard, y’ont pas encore la réponse! Résultat : on se promène tous avec de vieux Kleenex pis des restants de patates qui font du compost dans nos craques de portes.

Bref, j’comprends rien aux chars. Mais ce printemps, j’en veux un qui va à 200 km/h pour pogner des tickets, pendant que « j’pitche » de vieilles bananes par la fenêtre parce que j’ai pas de poubelle.

Ha! Pis j’veux un piton Start. Parce que j’aime ça que mes clés ne soient plus dans le contact et puissent être n’importe où dans le char à la place. Comme ça, je cherche pu mes clés uniquement avant de rentrer dans l’auto, mais aussi avant de sortir. Vive l’évolution!

Bon, j’vous laisse. J’ai une grosse job de tuning à faire : mettre du lave-vitre.

(Article publié dans l’édition #136 avril 2016 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

F**k les fourmis!