Archive

LE PERPÉTUEL CONFLIT ENTRE L’ORIENT ET L’OCCIDENT

Chroniqueur Arnaud Pagès
Partager

Un affrontement dénué de sens?

À la fois culturel, religieux, économique et militaire, l’affrontement entre l’Orient et l’Occident a façonné l’histoire du monde. Pendant des siècles, batailles et conquêtes se sont succédé, opposant l’est et l’ouest du monde. De nos jours, l’islamisme – et les attentats qui ont ciblé les pays européens et nord-américains – semble faire renaître cette vieille rivalité. Mais à l’heure où la globalisation uniformise les modes de vie, les moyens de communication et les échanges entre les individus, cet affrontement a-t-il encore un sens?

L’an 480 avant notre ère en Grèce, dans le défilé des Thermopyles. Selon la légende, le roi de Sparte, Léonidas, tient tête avec une poignée de soldats aux légions innombrables, fortes de plusieurs dizaines de milliers d’hommes, de Xerxès 1er, empereur de Perse, venu soumettre et envahir l’Europe. C’est l’une des plus anciennes batailles connues entre l’Orient et l’Occident. Et sans aucun doute l’une des plus emblématiques. Une bataille qui, selon les Grecs eux-mêmes, oppose les forces du bien – à savoir des hommes libres épris d’honneur et de culture – aux forces du mal – des guerriers perses venus d’Asie, assoiffés de sang, de viols et de meurtres. C’est de cette manière que, pendant des siècles, l’Occident va considérer l’Orient; à la fois avec peur et avec mépris, et en considérant que seuls les Occidentaux sont réellement civilisés. Pourtant, rien n’est plus faux dans cette division du monde.

L’invention de l’Occident

De nos jours encore, rares sont les livres d’histoire qui insistent suffisamment sur le rôle déterminant joué par l’Orient dans la création, au fil des siècles, des technologies qui furent utiles à l’humanité toute entière. Ce sont les Romains qui furent les premiers, au 3e siècle, à séparer le monde en deux pôles avec, d’un côté, la partie occidentale de leur empire, et de l’autre, la partie orientale. Pourtant, si on y regarde de plus près, c’est réellement en Orient que la civilisation est née. Nous devons l’imprimerie aux Coréens. La ville, la roue, l’écriture et le vin aux Mésopotamiens. Les Chinois ont inventé la poudre à canon, le gouvernail, le papier, la boussole, les billets de banque et le sismographe. Même les pâtes que nous mangeons viennent de l’Empire du Milieu, ramenées en Europe par Marco Polo au 13e siècle. Les Indiens, quant à eux, ont inventé les mathématiques, la médecine, l’astronomie… Le calendrier solaire, les briques, la bière, les perruques, le rouge à lèvres, le fard à joues, les crèmes antirides, la mesure du pouls et les prothèses nous viennent de l’Égypte des pharaons. La nourriture lyophilisée, la culture en terrasses et le pont de cordes ont été inventés par les Incas. On doit aux Perses l’alphabet, le premier service postal et les premiers systèmes de refroidissement des aliments pour les conserver plus longtemps… Le café, le tabac, le thé et le chocolat viennent eux aussi d’Orient… Pendant très longtemps, l’Occident n’a pas inventé grand-chose. L’Orient était à la pointe du progrès.

 

 

Tout va changer à la fin du Moyen Âge quand un navigateur génois en route vers les Indes découvre par hasard l’Amérique. Les Européens ne vont alors avoir de cesse d’imposer leur marque aux quatre coins du globe, colonisant la plupart des continents, dominant militairement et économiquement les échanges entre les pays, imposant partout leur religion, leur culture et leur mode de vie. L’Occident tel que nous le connaissons, conquérant et dominateur, matrice de toutes les inventions et de toutes les technologies, est né à l’époque où Christophe Colomb rentrait dans l’histoire. C’est une invention toute récente.

 

(Lire l’article complet dans l’édition #162 mars/avril 2019 – www.boutiquesummum.com)

 

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Exclusif web

10 SUITES DE FILMS MORTES DANS L’ŒUF