Archive

LES DERNIÈRES VACANCES

Chroniqueur Mike Beaudoin
Photographe Sarah Dagenais
Partager

C’est l’été, y fait beau, y fait chaud, c’est le temps de l’année ou t’as envie d’aller montrer ta shape de plage si t’en as une ou de te baigner en t-shirt si tu n’en as pas.

La majorité des gens sont en vacances, on relaxe, on en profite, y’en a qui vont partir en voyage avec des amis ou en couple… Pas moi! Pas que je ne veux pas, mais chaque fois que j’suis allé en voyage avec une fille, ma relation s’est arrêtée là.

Je ne sais pas si c’est le soleil, les autres pays ou les filles topless, mais y’a quelque chose qui fait que mon couple en voyage meurt dans l’eau salé. Donc si tu cherchais des idées ou des conseils pour raviver la flamme en voyage, désolé, j’peux pas t’aider. Mais si tu veux que j’te raconte comment je finis toujours célibataire après des vacances, continue à lire.

Il y a la fois que je sortais avec une Française, qu’on est allés à Porto Rico et qu’on s’est engueulés chaque jour parce que j’ai eu une crevaison sur l’autoroute, que j’avais pas envie de faire du pédalo et qu’elle était frustrée que personne comprenne son accent. Voir une Française se rendre compte que, finalement, y’a juste eux autres qui se comprennent en anglais, c’est un peu ça le bonheur.

Mais j’ai décidé de te raconter le voyage qui a détruit mon couple avec la mère de ma fille. Un enfant, 6 ans de relation pis 8684 engueulades; j’exagère même pas. Un couple, c’est pas toujours facile et parfait, y va y avoir des disputes, mais normalement tu vas passer par-dessus… ou pas.

J’avais des amis qui me disaient d’aller en vacances pour prendre du temps pour nous, se rapprocher, décompresser. Donc, c’est ce qu’on a fait. J’ai jugé bon d’écouter mes amis en couple aussi malheureux que moi dans leur routine avec leur job qu’ils détestent pis leurs deux semaines de vacances par année en tout inclus.

C’est un peu comme si un politicien me disait d’arrêter de mentir et que je faisais : « S’cuse-moi, t’as ben raison, merci pour les conseils de pro. »

On a donc décidé de partir, comme si le fait que l’autre me tape sur les nerfs depuis les trois dernières années et que je ne l’aime plus allait se régler en prenant plus de temps ensemble! Le maître des solutions, c’est moi ça. T’as mal aux oreilles? Laisse-moi donc te crier dans les tympans pour les 24 prochaines heures.

Première erreur qu’on a faite, emmener la p’tite. Ben oui, on voulait se rapprocher et souder notre couple, mais on a emmené un enfant de 4 ans. C’est déjà assez chiant faire cinq heures de vol dans un avion en classe économique, on a jugé que c’était une bonne idée d’emmener un enfant qui allait brailler et « kicker » le banc du voisin d’en avant juste parce qu’elle trouve ça drôle.

Mais je voulais créer des beaux souvenirs à ma fille pis j’avais plus de fun avec elle que ma blonde alors…

Deuxième erreur qu’on a faite, c’est d’avoir « booké » le voyage en mai pour le mois d’août. On a eu le temps de s’engueuler, d’annuler, de « rebooker » en juin, de reannuler en juillet et on a re-re-booké en août à la dernière minute. Ouin… on gère vraiment bien notre argent. Si tu te demandais pourquoi j’suis humoriste et non comptable, t’as maintenant la réponse.

Et là, tout est sujet à une dispute. Juste faire ses valises, c’est l’enfer. Moi j’ai quelques maillots et des t-shirts; pareil pour ma fille. Mais ma blonde, elle, elle a du linge pour si y pleut, si y fait chaud, si y’a du vent, si on va en randonnée, en bateau, en ville, avec des gougounes pour la plage pis des talons hauts pour les restos à la carte, comme si les Mexicains au resto allaient se dire : « ”Checke” la “b.s.” en sandales. » On est dans un tout inclus, ils se sont déjà dit ça, c’est trop tard!

En route vers l’aéroport, les roues de l’auto sont accotées dans les ailes pis ça vibre sans arrêt, mais c’est pas un indice assez clair que ses valises sont trop pesantes.

Arrivés au stationnement, on paye, elle trouve ça trop cher et on s’engueule devant des inconnus qui nous fixent dans la navette en attendant qu’on entre. C’est sûr que si on n’avait pas eu à débourser trois fois pour des annulations de vols, le 100 $ de stationnement nous aurait peut-être moins frustrés.

On a dû payer un extra pour le poids de ses valises. Évidemment! Mais ce n’était pas encore un indice assez clair que de vider la chambre à coucher au complet, c’était trop.

On commence à avoir faim et on sait que la bouffe dans l’avion va être ordinaire, donc à la place, on se paye chacun un petit wrap au poulet et un drink pour la modique somme de 67 $. T’sais, le feeling que tu payes 3000 $ pour un voyage qui en vaut 1000 $?

Une fois dans l’avion, on s’installe. Ma fille est entre nous deux parce que même si le voyage est pour nous rapprocher, ça ne nous tente pas tant pour vrai. Après 10 minutes, elle commence à gigoter, à chialer, à lancer des trucs par terre, à pousser dans le banc en avant, à faire des « clics, clics, clics, clics » avec la ceinture en métal. Je vois les regards des autres qui me jugent. Comme si moi, ça ne me tapait pas sur les nerfs! J’ai donc pas eu le choix de lui dire : « Veux-tu ben te calmer, même la p’tite est capable de rester tranquille! »

Enfin arrivés au Mexique, on prend l’autobus jusqu’à l’hôtel et ma blonde me dit : « C’est drôle hein, y’a plein de Québécois; le monde est p’tit! » J’aurais pu lui expliquer que notre avion partait de Montréal en vol direct vers le Mexique, et que, forcément, oui y’avait plusieurs centaines de Québécois, mais c’était plus drôle de lui dire : « Hein, c’est quoi les chances? »

Dans la chambre de l’hôtel, on a juste un lit queen pour les trois… Ma fille dort entre les deux. On sait déjà que y’aura pas de sexe cette semaine. On aurait pu aller dans la salle de bain, mais elle n’aime pas se regarder dans le miroir. J’y ai dit de fermer ses yeux, mais ç’a l’air que ce n’était pas une option…

Crédit photo : Sarah Dagenais

Pour le reste de la semaine, on s’est obstinés parce que la bouffe était pas à son goût, parce que ma fille a eu la gastro pis a vomi en plein milieu du restaurant. J’ai essayé de dédramatiser la situation en lui disant : « Imagine si c’était la diarrhée! » Je te confirme que ça n’a pas fonctionné.

Ma blonde s’est fait piquer. Elle avait la cheville grosse comme une balle de softball. Quatre-vingt dollars américains plus tard, sa cheville avait désenflé de moitié, mais sa belle attitude de marde avait triplé.

On a pris un catamaran à un moment dans la semaine pour aller sur l’eau et regarder des gens heureux pour vrai profiter du soleil. J’ai fait une activité en parachute et je suis tombé dans l’eau environ de 40 pieds dans les airs directement sur le ventre. Le plus gros flat de ma vie, je pensais mourir. En remontant sur le bateau, elle m’a regardé en disant : « Hey, t’arrêtes-tu tes niaiseries avant qu’il t’arrive quelque chose? Qui va m’aider avec les valises après? »

On regardait les autres couples s’embrasser, boire, danser pis dans ma tête je me disais : « Y’ont l’air d’avoir un beau voyage, faudrait j’essaye une bonne fois. » On s’engueulait tellement que le G.O. qui t’achale tout le temps pour prendre des photos et te les vendre après nous a regardés en disant : « OK. Pas de photos pour vous. »

Pour la suite du voyage, on a géré des crises d’enfant et deux jours de pluie à vouloir s’arracher les cheveux en regardant des émissions de télé en espagnol. On est revenus à Montréal, on a défait nos valises, on s’est regardés et en même temps on s’est dit : « Bon, j’pense qu’on a fini nous deux. »

Pour être honnête, on le savait déjà. On a juste étiré l’élastique jusqu’à ce qu’il pète. Ç’a juste pris trois annulations de vols, beaucoup trop d’argent, 2567 engueulades, une gastro pis un flat sur la bedaine pour s’en rendre compte. Ç’a été nos dernières vacances et la meilleure décision qu’on a prise.

Mais le plus désagréable dans tout ça, c’est qu’aujourd’hui, ma fille ne se souvient même pas du voyage!

(Article publié dans l’édition #156 juin/juillet 2018 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

LE VOLEUR