Archive

LES JEUX HARDCORE

Chroniqueur Alexis Le Marec
Partager

Difficiles, toujours plus difficiles

Au début, cela commence par un défi que l’on se lance à soi-même. Faire Tetris en mode 5 avec la difficulté au maximum 10 fois de suite, finir Contra sans mourir, faire ce raid en ligne sans tirer une balle, le faire solo ou le compléter sans qu’aucun membre de l’équipe ne meure. Pour vous dire le dernier que je me suis donné, c’était une fin de semaine de juin dans le PVP de Destiny 2, réussir le « lore » de tuer sept adversaires sans me faire toucher.

Jouer de façon hardcore est un véritable challenge qui a permis, en plus, l’essor des jeux vidéo et leur diffusion. Loin de rebuter les joueurs, on doit tout cela aux consoles 8 et 16 bits. En ce temps-là, les jeux étaient courts, très courts, et ne pesaient rien. Pour vous donner une idée, lorsque des ordinateurs comme l’Atari et l’Amiga ont été annoncés avec leur 512 ko de mémoire vive extensible à 1 Mo, des développeurs ont été pris d’agoraphobie. Ouf! Que va-t-on pouvoir mettre dans 1 Mo de mémoire?

Bizarrement, avec des budgets de quelques milliers de dollars, leur prix en magasin était le même que les superproductions actuelles à 100 millions $, soit environ 80 $. Sauf qu’à ce tarif, il y a intérêt à ce que l’on en ait pour son argent. Et puis si de nombreux adultes jouent actuellement, les consommateurs à cette époque étaient en majorité adolescents. Un public très près de ses sous, qui va acheter quelque chose qui en vaut la peine, et louer, emprunter, voire copier, ce qu’il considère comme non primordial. Les développeurs de jeux ont donc dû faire avec l’un des publics les plus exigeants. D’un autre côté, difficile de faire un long jeu avec 800 ko de données.

Le succès des jeux japonais réputés très durs ayant déferlé en Occident a montré la voie. Au lieu de faire un jeu qui se terminait normalement en quelques minutes, ils l’ont rendu tellement difficile qu’il fallait au minimum une bonne heure pour ce faire. Et ça a marché!

SUGGESTIONS

F-Zero GX
Plateforme : Game Cube

Aussi superbe qu’ultra difficile, ce jeu vidéo réalisé par Sega pour le compte de Nintendo n’a pas connu de suite depuis et c’est un réel dommage! Si F-Zero sur Super NES est facilement accessible, il faut être un dieu du pilotage pour finir F-Zero GX. Des années plus tard, aucun concurrent n’a réussi à l’égaler, excepté Wipe Out sur PS3 et PS Vita, qui offre une certaine difficulté qui s’en approche.

SUper Mario bross: the Lost Levels
Plateformes : NES    WII    WII U

Lancé en 1986 au Japon, Nintendo l’a jugé tellement difficile que sa sortie en Occident a purement et simplement été annulée. Entre les plantes carnivores placées avec machiavélisme, les salles secrètes qui vous faisaient ressortir en arrière dans le niveau, ou encore ses phases de plateformes rapides et bourrées de pièges tous les trois pixels… On peut trouver ce jeu en téléchargement sur le magasin de Nintendo sur Wii et Wii U.

 

(Lire l’article complet dans l’édition #165 août/septembre 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

Le fléau des paradis fiscaux