Archive

Ma jeunesse troublée dans les ruines d’Escobar

Chroniqueur Michel Bouchard
Partager

Je m’appelle Victoria Vallejo Villa. Je suis Colombienne. Je vis au Québec depuis l’âge de 11 ans. Je suis professeure de yoga et animatrice de radio. J’adore le bien-être, la musique et le lifestyle de Montréal. Je voyage le plus souvent possible, et je suis modèle à mes heures. Ce qui me distingue surtout des autres femmes, des autres gens en général, en fait, et surtout des Colombiens, c’est que ma mère a été très proche de la mère de Pablo Escobar et a eu plusieurs occasions d’interagir avec lui. Lorsqu’elle me raconte une de ses histoires, elle commence en me clarifiant chaque fois la même chose; il était petit et sans classe. 

Ma mère étant une bonne amie et complice de la mère de Pablo, nous avons beaucoup d’histoires qui touchent de près et de loin cette famille. J’avais six ans lorsqu’il est vraiment décédé sur le toit de sa maison à Medellín, ma ville natale. J’ai décidé de partager avec vous des moments que j’ai vécus, ou de vous transmettre les histoires et anecdotes que ma mère m’a racontées au fil des années. Évidemment, vous comprendrez que je ne peux tout révéler… je ne voudrais mettre ma famille en danger pour rien au monde.

Quand je dis qu’il est vraiment décédé, c’est parce que, quelques mois avant sa mort, monsieur Escobar s’était fait passer pour tel et je me souviens encore de l’agitation qui se vivait au pays. On avait été jusqu’à déterrer son corps et, effectivement, le cercueil en question était vide! La mission des autorités du pays était de le retrouver. On – ma famille et moi – s’était fait arrêter plusieurs fois par l’armée pour qu’elle puisse fouiller notre auto, car nous avions la même que lui, une Mitsubishi Montero noire en cuir décapotable. D’ailleurs, une fois en particulier, je me rappelle qu’en voyant le barrage de l’armée un peu plus loin, mon oncle s’était dépêché de cacher son arme à feu, sous le tissu du banc conducteur sur le côté. Quand ils nous ont arrêtés pour fouiller l’auto, mon oncle avait lancé une blague pas très appréciée par le soldat. Il lui avait dit : « Vous cherchez Pablo? On l’a déposé au dernier coin de rue! ». Le regard du soldat m’avait un peu inquiétée!

Pour revenir au temps de gloire de Pablo Escobar, ma mère me raconta que, plusieurs fois, elle est sortie dans des boîtes de nuit chics à Medellín. Soudainement, en plein milieu de la soirée, les lumières de la boîte au complet s’éteignaient et une voix dans le micro disait : « Mesdames et messieurs, monsieur Pablo Escobar est en train de quitter les lieux et toutes les factures jusqu’à maintenant ont été payées par lui; il vous souhaite de continuer à vous amuser. » Moi, je trouve ça amusant justement et je lui dis qu’elle a été chanceuse… Mais de son regard froid, elle m’a toujours dit : « Mais ça ne va pas! Chaque fois que c’est arrivé, nous ne savions pas si nous devions nous cacher sous les tables, partir à courir ou tout simplement figer sur place… Ce sont les moments les plus dangereux, les moments où les gens savent où il est et c’est le moment parfait pour une balacera, une fusillade. » Elle n’avait pas tort…

(Lire l’article complet dans l’édition #166 octobre/novembre 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Exclusif web

SÉRIES JEUNESSE ANNÉES 80 – PARTIE 1