En kiosque

Snowbike

François Cominardi
Crédit photo Mout.fr Gaspard Bonnier
Partager

La moto à chenille en pleine éclosion

Accélération, coup de pied au cul, drift contrôlée, surf dans la poudreuse, morsure de la neige immaculée, saut dans les bosses, voici les sensations uniques qu’offrent le snowbike, un motocross avec une chenille à l’arrière et un ski unique à l’avant!

Crédit photo : Mout.fr Gaspard Bonnier

L’homme n’en a jamais assez. Quand il a une motoneige, il met deux roues à l’avant et une roue à l’arrière, et ça devient un Spyder (c’est une joke… mais c’est pareil!). Idem pour le snowbike, c’est une moto hivernisée.

Comme pour la motoneige, l’histoire de la moto avec une chenille a commencé dans la Belle Province. AD Boivin à Québec a été une des premières sociétés à lancer la moto à chenille dans les années 2000. Denis Boivin et son équipe travaillaient dans le domaine des suspensions de motoneige. À l’époque, on était assis sur une motoneige comme dans un fauteuil. Ils ont eu l’idée de créer un engin proche de la moto, sur lequel la position de conduite était bien droite, comme sur un motocross. C’est ainsi qu’est née la SnowHawk. Elle était propulsée par un moteur de motoneige, le Rotax 503 cc deux-temps très réactif grâce au poids plume de 158 kilogrammes. En 2005, ils ont amélioré l’engin avec un moteur Rotax 600 twin de 55 cv. Mais la crise financière de 2008 a été fatale à la SnowHawk. Après avoir vendu plus de 1 000 véhicules à travers le monde, ils ont abandonné la production. Le point faible était le prix du véhicule complet, qui ne servait que l’hiver.

AD Boivin a donc ensuite créé un kit qui pouvait s’intégrer à une moto existante, l’Explorer. La roue arrière est enlevée pour laisser place à la chenille, et la roue avant est remplacée par un ski. Le meilleur des deux mondes. Cette technologie a été revendue à la société Tracksystem, à Plessisville, qui fabrique au Canada et revend dans 75 pays. Les spécificités du produit sont un ski qui reste à plat quand la moto s’incline. Les roulettes des chenilles sont étudiées pour fonctionner également dans le sable et la boue.

(Lire l’article complet dans l’édition #166 octobre/novembre 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
En kiosque

Ma jeunesse troublée dans les ruines d’Escobar