Archive

STUDIOS INDÉPENDANTS

Chroniqueur Alexis Le Marec
Partager

Rêve ou cauchemar?

À côté des gros joueurs que sont Ubisoft, Eidos ou Warner, le Québec compte plus de 180 studios indépendants et ils se multiplient dans les autres provinces. Qui sont-ils et comment arrivent-ils à se financer?

Last Year the Nightmare, The Messenger, Cuphead, Outlast, We Happy Few… tous ces jeux à succès ont en commun d’avoir été réalisés par des studios indépendants. Partis de rien, ils bousculent les codes et amènent de nouveaux concepts qui font parfois mouche auprès des joueurs.

Si les succès sont multiples et semblent donner l’impression que tout le monde peut y arriver, eh bien ce n’est pas le cas! Les succès sont effectivement nombreux, mais pas tout le monde ne va y arriver. Tout d’abord, la vigueur exceptionnelle du Québec existe grâce aux crédits d’impôt. Avec 37,5 % des salaires payés par le gouvernement, c’est une bonne bouffée d’oxygène pour les entrepreneurs. Si les plus gros studios profitent de ces crédits d’impôt, les petits studios se lancent aussi parce qu’ils peuvent profiter du Fonds des médias canadiens, qui peut subventionner jusqu’à 75 % de leur projet à hauteur de 300 000 $, mais nous allons y revenir plus loin.

Avant ça : qui trouve-t-on dans ces studios indépendants? Majoritairement des vétérans passés par les studios phares, tels qu’Ubisoft. Au Québec, plus de 90 % de ceux que j’ai rencontrés ont d’ailleurs travaillé pour Ubisoft, c’est assez frappant. Mais quand on travaille pour un géant, on travaille sur les jeux du géant. On apporte son expertise à un univers dont les codes ont été définis en amont. Et, même si l’on est l’un des créateurs de ces univers, à l’image d’Alexandre Amancio directeur créatif et artistique sur Asssassin’s Creed Unity et désormais président du studio indépendant Reflector, on peut vouloir créer d’autres univers avec des codes différents. Sauf qu’un Ubisoft a aussi ses jeux à sortir, et n’a pas les ressources pour suivre ses employés. Il peut cependant les supporter par la suite, Ubisoft étant un acteur réputé pour son soutien des indépendants.

SUGGESTIONS

Sortis de nulle part, on les voit partout! Ces jeux indépendants ont tous été réalisés au Canada et le Québec a son mot à dire, et pas à peu près. D’un autre côté, c’est normal, le Québec abrite près de la moitié de l’industrie du jeu vidéo au Canada. 

Last Year the Nightmare
Plateformes : PC + consoles à venir
Genres : Coopération/survival horror
Studio : Elastic Games

À la fermeture des classes, cinq élèves restent coincés avec un tueur dans une école! Last Year ne fait pas dans la dentelle avec un jeu assez gore et ultra bien pensé dans la coopération. Chaque élève possède un attribut qui, mis ensemble, permettent de ralentir le tueur ou de s’en débarrasser. Il en ressort surtout un excellent équilibre dans ce jeu où la coopération est vitale!

We Happy Few
Plateformes : Xbox One, PC,PS4
Genre : Aventure
Studio : Compulsion Games

Fondé par un ancien d’Arkan, Compulsion Games a d’abord livré Contrast, inclus immédiatement par Sony comme jeu gratuit pour le lancement de la PS4. Superbe jeu à l’univers poétique, We Happy Few préfère de son côté faire sombrer le joueur dans la folie d’un monde où l’on doit être heureux, qu’on le veuille ou non. Un peu trop ambitieux pour les moyens du studio. Microsoft l’a bien compris et les a donc rachetés. Idées + talent + gros moyens = on peut raisonnablement et fortement attendre leur prochain jeu.

(Plus de suggestions dans l’édition #162 mars/avril 2019 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

DROGUES