Archive

10 JEUX DE SOCIÉTÉ DONT ON SE SERAIT BIEN PASSÉ!

Chroniqueur Marc Lajambe
Partager

Il va sans dire que les soirées de jeux de société en famille et entre amis sont une façon de créer de solides liens à long terme, de forger des souvenirs inoubliables, en plus de contribuer à l’apprentissage des compétences sociales. Mais pour chaque Monopoly ou Risk, il existe des jeux plus obscurs, plus méconnus encore (pour des raisons parfois évidentes). SUMMUM te propose ce mois-ci une compilation des jeux de société qui sont passés sous le radar. Le temps est venu de les (re)sortir du placard…

Grosse Walze (1929)

Le jeu en bref : Devenir le propriétaire du mystérieux baril en attrapant la majorité de tes adversaires et en sauvant tes propres pions.

Derrière le sourire machiavélique de ce gros et mystérieux baril se cachent d’obscurs secrets. En effet, ce dernier n’est content que lorsqu’il tue et cette vision est des plus inquiétantes… Fait intéressant : bien que l’image sur la boîte nous mette l’eau à la bouche, une fois le contenant ouvert, la réalité est bien moins intéressante que la fiction.

Feeley Meeley (1967)

Le jeu en bref : À tour de rôle, les joueurs mettent leurs mains à l’intérieur de la boîte et tentent de récupérer, par le toucher seulement, l’élément qui se trouve sur la carte. Le vainqueur est le joueur qui trouve le plus grand nombre d’articles.

Peut-être est-ce seulement mon imagination qui me joue des tours, mais lorsque je lis sur la boîte « le jeu qui donne de drôles de sensations », j’en éprouve un réel malaise. Référence obscure : je ne peux m’empêcher également de penser à cette boîte maléfique (Gom Jabbar) dans le film Dune. Il existe des trous où il ne faut vraiment pas aller se foutre les doigts!

Lie, Cheat & Steal (1971)

Le jeu en bref : Lie, Cheat & Steal est ni plus ni moins qu’une simulation politique dans laquelle les joueurs essaient d’être élus à la fonction publique.

Contrairement à la véritable manière dont les élections sont censées être exécutées, ce jeu utilise de véritables méthodes politiques d’achat de votes, de diffamation ainsi que de transactions en mode d’enveloppes brunes afin de parvenir à tes fins. Pour faire suite au récent livre Fire and Fury: Inside the Trump White House relatant les récents déboires de la Maison-Blanche, une nouvelle version de ce jeu serait prévue en 2018 avec la face de Trump sur le boîtier. Blague à part, un éditeur de jeux de société québécois serait-il prêt à relever ce défi fou?

Slime Monster (1977)

Le jeu en bref : Parcourir la ville tout en manipulant le monstre pour qu’il se retrouve au-dessus de tes adversaires afin de leur déverser sa bave gluante. Si la boue toxique couvrant la pièce du joueur fait tomber ce dernier, la victime recommence à la case départ. Beurk!

En 1976, Mattel sortait le jouet révolutionnaire gluant et élastique Slime que tous les enfants s’arrachaient. Fort de ce succès, l’entreprise américaine revenait à la charge l’année suivante avec le jeu de société centré sur son produit vedette. Parfait pour une soirée chez votre vieille tante germophobe… Mise en garde : si tu demandes ce qui peut bien se trouver dans cette fameuse slime, et bien il s’agit de gomme de guar et de borax (mieux connu sous le terme d’acide borique). Santé Canada a d’ailleurs récemment publié un avis afin d’éviter l’utilisation de l’acide borique dans les projets artistiques et artisanaux, mettant en lumière ses effets néfastes possibles sur la santé vis-à-vis les fonctions reproductrices et le développement…

The Intern (1979)

Le jeu en bref : Chaque joueur est en fait un stagiaire qui essaie d’admettre des patients, de les diagnostiquer correctement, de les traiter et de les décharger de l’hôpital.

The Intern est un mauvais clone de Monopoly et son action se déroule dans un hôpital. Au lieu d’être payés en argent, les stagiaires essaient de collecter des heures de sommeil (ce qui vaut de l’or en barre en milieu hospitalier). Intéressant si tu es dans le domaine médical, sinon pas vraiment. Sac rempli d’urine non inclus… Gageons que ce jeu se retrouve dans la trousse de bienvenue de chaque nouveau collaborateur de Gaétan Barrette!

The Game of Good Sex (1985)

Le jeu en bref : Alors que les couples déplacent leur pion sur le parcours et accumulent des points d’excitation, ces derniers visitent la clinique sexuelle du Dr. Ruth et répondent aux questions relatives à la sensibilisation sexuelle de l’autre.

La carrière de cette célèbre sexologue a véritablement explosé au sein des médias au cours des années 80 et la naissance de ce jeu est directement reliée à la popularité de la bonne femme en question. Bien que ce jeu se voulait un outil pour « pimper » ton intimité ainsi que ta libido, qui diantre veut aller consulter chez la sexo en couples (oui, oui, au pluriel)… Pour la confidentialité, on repassera!

Is the Pope Catholic? (1986)

Le jeu en bref : Le but du jeu est d’être le premier joueur à gravir le trône papal en complétant un chapelet de six décennies autour du tableau et en avançant dans la hiérarchie de l’église tout en répondant à des questions sur la doctrine catholique.

Ce jeu a été développé en 1986 par deux entrepreneurs de Boston. Avec un titre aussi rigolo, il serait fascinant de voir ce jeu regagner de la popularité aujourd’hui étant donné la baisse actuelle de la religion au Québec ainsi que la polémique entourant les signes religieux…

Fart the Game (1987)

Le jeu en bref : En parcourant les cases du jeu, certaines d’entre elles commanderont que tu t’exécutes. Tes performances passeront ensuite au vote et tu pourrais te mériter des coupons de flatulences selon les appréciations de tes pairs.

Oui, oui, tu as bien lu. L’art des flatulences sur demande est au cœur de ce jeu des plus sérieux et intellectuels. Comment gagner? Soit la personne qui aura accumulé 25 coupons ou celle qui aura fait le pet le plus puant. Parfait pour les soirées qui tombent à plat… On a hâte de voir sa version télévisée!

Morron Terror (1994)

Le jeu en bref : Le (véritable) concept du jeu est d’aider le petit Freddy à mettre les bons vêtements le plus rapidement possible, le tout guidé par une cassette.

Étrange, vraiment étrange ce jeu, car l’image de la boîte nous renvoie des idées inquiétantes : est-ce bien un soutien-gorge qu’on aperçoit à ses côtés? Sommes-nous dans un orphelinat mené par un pédophile alcoolo abusif? L’ours en peluche aurait probablement beaucoup d’histoires croustillantes à nous raconter autour d’un feu de camp… Un jeu à l’ère du #metoo!

Früchtchen! (1998)

Le jeu en bref : Chaque joueur essaie de récolter des fruits à l’aide de dés colorés sans se faire attraper par le gardien du verger.

Nos fruits en ont assez de se faire écraser et presser, et une révolution s’opère dans les vergers du village. Mais il n’y a qu’un seul problème, tu as soif! Fraye-toi donc un chemin à travers des hordes de fruits révolutionnaires, vide-les de leur liquide vital et transforme ces vilains maraudeurs en délicieuses boissons rafraîchissantes, mais méfie-toi du citron enragé qui est le leader du front des fruits enragés (le gardien du verger). Le premier joueur qui réussit donc à transformer cet agrume en colère en un délicieux pichet de limonade gagne la joute. Jouer à ce jeu semble aussi excitant que de se faire un smoothie avec de vieilles bananes trop mûres…

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

ESSAIS CLINIQUES