Archive

L’HOMME CONGELÉ DU MINNESOTA

Partager

À la fin des années 60, une curieuse attraction de foire s’est retrouvée au cœur d’une saga scientifique. L’affaire a pris des proportions nationales et, encore aujourd’hui, cette énigme continue d’alimenter une certaine controverse. Que le véritable « homme congelé » veuille bien se lever!

Approchez! Venez voir « l’homme congelé »!

En 1967, Frank Hansen, un habitué des fêtes foraines, exhibe sa dernière attraction : le cadavre congelé d’un homme velu. La créature aurait été découverte par des pêcheurs russes alors qu’elle flottait dans un bloc de glace. Un milliardaire californien en aurait fait l’acquisition et c’est ce magnat qui l’aurait confié à Hansen pour qu’il l’exhibe dans les fêtes foraines. Ladite curiosité, toujours conservée dans une enveloppe de glace – elle-même gardée dans un congélateur dont le couvercle a été remplacé par une épaisse vitre –, va bientôt devenir l’objet d’un invraisemblable imbroglio scientifique.

À l’automne 1968, deux zoologues, Ivan T. Sanderson et Bernard Heuvelmans, entendent parler pour la première fois de « l’homme congelé ». L’affaire éveille aussitôt leur curiosité. Ils apprennent que le spécimen est la propriété (ou sous la garde?) d’un résidant du Minnesota : Frank Hansen.

Les scientifiques contactent ipso facto Hansen et lui demandent d’examiner son spécimen. Le forain semble embarrassé, mais accepte à condition que cet examen reste confidentiel.

Le 16 décembre 1968, Sanderson et Heuvelmans débarquent donc au domicile du forain. Celui-ci les entraîne vers une remorque garée près de la maison. C’est là qu’il garde son « homme médiéval », comme il l’appelle. Si Hansen autorise les deux scientifiques à l’examiner, il est toutefois hors de question d’ouvrir le couvercle du congélateur et encore moins d’en sortir la créature. Les scientifiques doivent se contenter de l’examiner comme le ferait n’importe quel curieux à la foire. Pendant trois jours, ils vont donc examiner cet étrange spécimen. La créature fait environ 1,8 mètre. Elle ressemble à un homme, mais son corps est couvert de longs poils d’un brun foncé, presque noir, sauf sur le visage, la paume des mains et la plante des pieds. L’être est étendu sur le dos. Son bras droit est placé le long du corps et sa main droite est ramenée sur l’aine. Contrairement au récit de Frank Hansen, Sanderson et Heuvelmans sont d’avis que la créature est morte depuis peu. Les scientifiques notent aussi, autour du cercueil réfrigérant, cette odeur âcre et caractéristique de la chair en décomposition.

(Lire l’article complet dans l’édition #157 août 2018 – www.boutiquesummum.com)

Partager

Recommandés pour vous

PROCHAIN ARTICLE
Archive

L’ARCHE DE GABRIEL